Metz : ''On est payés par des sourires''

16 janvier 2013
articles les plus récents
  • 02 juin 2020
    À 20 ans, ce volontaire Français est resté confiné en Irlande pour briser la solitude des personnes âgées
    Lire l'actualité
  • 20 mai 2020
    Déconfinement : n’oublions pas nos aînés isolés et vulnérables !
    Lire l'actualité
  • 19 mai 2020
    Vidéo : un célèbre footballeur surprend Odette, 96 ans, pour son anniversaire
    Lire l'actualité
Voir tout

Dans son édition du jour, le quotidien régional Le Républicain Lorrain s'intéresse aux petits frères des Pauvres de Metz qui partageaient hier dans leur local, la traditionnelle galette des Rois.

S'occuper des personnes âgées en situation d'isolement et de précarité, c'est la mission de l'antenne messine de l'association Les petits frères des Pauvres. Une tâche d'autant plus délicate que la crise se fait sentir. J' étais au bord du précipice avant d'intégrer l'association, il y a presque trois ans. J'avais des soucis personnels, et venir au sein des petits frères des Pauvres m'a énormément aidé », confie Raymond, 59 ans. « Les bénévoles sont des gens super, qui font preuve d'un dévouement total ». Comme lui, 70 personnes de Metz et des environs, isolées et dans la pauvreté, sont épaulées par l'antenne messine de l'association. « Lorsqu'on prend en charge une personne, c'est jusqu'au bout », précise Christiane, bénévole en charge de la communication. Jeux, goûters, sorties, petits coups de main pour des démarches quotidiennes. À domicile, au sein d'Établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes ( Ehpad ) ou en Unités de soins longue durée (USLD), une trentaine de bénévoles s'attellent toute l'année à cette tâche. « Un tiers d'entre eux sont des jeunes, âgés d'environ 25 ans, ça nous fait chaud au coeur », indique-t-elle. Hier après-midi, au local de l'association, situé rue Pierre-Perrat, c'est en petit comité (conditions météo obligent) que bénévoles et personnes accompagnées ont dégusté une part de galette des Rois. «J'aime bien venir ici, ça passe le temps les après-midi », sourit Joseph, 71 ans, le roi du jour. « Nous vivons essentiellement de dons numéraires, qui nous servent à faire des travaux dans nos locaux. Nous avons d'ailleurs prévu prochainement de faire des toilettes aménagées, pour les personnes handicapées, et une kitchenette », déclare Christiane. « Mais il y a aussi les vide-greniers, les marchés de Noël et les commerçants qui nous offrent des lots» . Pour Noël et les anniversaires, des colis personnalisés sont réalisés. « On offre aux personnes accompagnées des produits selon leurs besoins: shampoing, savon, mousse à raser... Sans oublier des choses plus festives ». Comme beaucoup d'autres associations, Les petits frères des Pauvres sont eux aussi touchés par la crise. « On la ressent indiscutablement. D'habitude, nous récoltons plus d'argent avec nos troncs, mais beaucoup d'hypermarchés ne veulent plus les mettre à leurs caisses. Ils disent qu'elles se les font voler. Heureusement que certains petits commerçants acceptent encore », ajoute-t-elle. « 2012 n'a pas été une belle année. Mais je comprends les gens, on ne peut pas donner à tout le monde ». Elle conclut: « Être bénévole est un engagement pas toujours évident, mais il nous apporte tellement en retour. Notre salaire? Des sourires, et ça, c'est magnifique ». Les petits frères des Pauvres - 10, rue Pierre-Perrat - Metz. Permanences mardi et vendredi, de 14h à 17h. Renseignements : 03 87 63 48 47 et www.petitsfreresdespauvres.fr Le Républicain Lorrain | 16/01/2013

Dans la même catégorie