Non, les pauvres ne doivent pas ''trinquer'' deux fois !

10 avril 2012
articles les plus récents
  • 27 mars 2020
    Confinement : Un partenariat RCF Petits Frères des Pauvres pour lutter contre l’isolement des personnes âgées
    Lire l'actualité
  • 26 mars 2020
    Coronavirus : le top des idées originales contre l'isolement des personnes âgées les plus émouvantes
    Lire l'actualité
  • 24 mars 2020
    COVID-19 : pour aider les personnes âgées, découvrez nos annonces de bénévolat sur le site de la Réserve Civique
    Lire l'actualité
Voir tout

Le collectif Alerte - dont les petits frères des Pauvres font partie –, a présenté sa plateforme présidentielle qui appelle les candidats à l'élection présidentielle à promouvoir une politique cohérente de solidarité et de lutte contre les inégalités dans un contexte d'aggravation de la pauvreté et de l'exclusion.

Notre pays traverse, comme d'autres grandes puissances, une crise économique profonde doublée d'une crise de la dette publique de grande ampleur. Aucun signe d'amélioration n'est aujourd'hui perceptible et les prévisions pour l'année 2012 ne sont guère encourageantes ; de plus, aucun indice de sortie de crise n'apparaît au delà de cette année. Dans ce contexte, les indicateurs sociaux, qui sont pratiquement tous « au rouge » devraient encore s'aggraver. C'est ainsi que le chômage devrait confirmer la tendance haussière constatée ces derniers mois, avec une augmentation sensible des chômeurs de longue durée, des personnes en fin de droit. Il devrait en être de même pour les admissions au Revenu de solidarité active (RSA). Dans ce registre noir, il faut notamment évoquer l'augmentation du surendettement des ménages les plus pauvres, un accroissement des difficultés d'accès et de maintien dans le logement pour ces mêmes populations. Chacun le sait, en période de crise, ce sont les plus vulnérables, les plus pauvres qui « trinquent » en premier et le plus fort. Si dans un premier temps, leurs ressources financières, si faibles, ne sont pas impactées, c'est leur capacité à croire que leur avenir peut s'améliorer qui est gravement remise en cause. Dans ces temps difficiles, la solidarité a tendance à s'effriter, le «chacun pour soi» prend le pas, laissant sur la route les plus vulnérables et rendant leur réinsertion sociale et professionnelle encore plus difficile. L'État, garant du lien social au sein de notre société, ne peut accepter une telle situation. Il doit mobiliser notamment des ressources financières supplémentaires afin que les plus pauvres, les plus exclus ne sombrent pas dans la misère. À la crise économique, à la crise des finances publiques, nous pouvons et devons éviter d'ajouter une crise de solidarité. >> Télécharger le communiqué de presse du collectif ALERTE >> Télécharger la plateforme présidentielle et les propositions du collectif ALERTE Collectif Alerte | avril 2012

Dans la même catégorie