Opération petit bonnet : ces ateliers de tricot vont vous étonner !

26 novembre 2019
Des ateliers tricot solidaires des personnes âgées

Voici 5 initiatives pour tricoter solidaire et lutter contre l'isolement des personnes âgées aux côtés des Petits Frères des Pauvres et de la marque de smoothie innocent. © Dominique W/ Mercerie Bouveret

articles les plus récents
  • 02 juin 2020
    À 20 ans, ce volontaire Français est resté confiné en Irlande pour briser la solitude des personnes âgées
    Lire l'actualité
  • 20 mai 2020
    Déconfinement : n’oublions pas nos aînés isolés et vulnérables !
    Lire l'actualité
  • 19 mai 2020
    Vidéo : un célèbre footballeur surprend Odette, 96 ans, pour son anniversaire
    Lire l'actualité
Voir tout

Ils ont battu des records, sont des centaines à tricoter virtuellement ou encore se lancés dans le tricot à la veille du bac… voici 5 ateliers qui ont généreusement contribué à l’opération « petit bonnet, bonne action » en partenariat avec la marque de smoothie innocent afin d’atteindre l’objectif des 550 000 bonnets en 2019.

Une mercerie bat le record de 35 000 petits bonnets en laine

Une mercerie bat le record des petits bonnets tricotés

La mercerie Bouveret à Coulommiers a battu un vrai record en récoltant plus de 35 000 petits bonnets en laine pour l'opération "petit bonnet, bonne action". © Dominique W. / Mercerie Bouveret

Ils ont battu un vrai record avec plus de 35 000 bonnets confectionnés ! Depuis le 1er janvier 2019, la mercerie Bouveret à Coulommiers (77) s’est lancée dans l’aventure avec 230 participants. Dans cette ville de 15 000 habitants, le défi a lancé un véritable mouvement qui anime les rues, les commerces et crée du lien : un club de tricot s’est lancé tous les lundis et se réunit dans un commerce ainsi que dans les environs, à Maisoncelles-en-Brie, différents évènements ont été organisés toute l’année et pour couronner le tout, une remise officielle des bonnets a été célébrée à la mairie.

« Tous les participants étaient vraiment très motivés et fiers de participer à cette opération. La personne qui a tricoté le plus de bonnets en a fait 3056 et ensuite, nous avons 2 messieurs, qui en ont fait plus de 2000 chacun ! », félicite Dominique, propriétaire et gérante de la mercerie.

Un groupe de tricot sur Facebook

Le groupe Facebook Cyber Tricoch'thé soutient les petits bonnets et les Petits Frères des Pauvres

Rejoignez le groupe Facebook Cyber Tricoch'thé pour échanger avec d'autres personnes, avoir des modèles ou encore des astuces sur les petits bonnets en laine. © Cyber Tricoch'thé

Ils se retrouvent autour d’une passion commune qu’ils partagent… virtuellement. Près de 440 membres font partie du groupe privé Cyber Tricoch'thé sur Facebook. Ensemble, ils ont tissé des liens d’amitié autour du tricot pour confectionner des petits bonnets en laine dans le cadre de l’opération « petit bonnet, bonne action » des smoothies innocent. En 7 ans, les membres ont fait envoyer plus de 10 000 petits bonnets qui sont venus réchauffer le cœur des aînés isolés accompagnés par les Petits Frères des Pauvres.

« Nous avons de tout dans le groupe, des jeunes, des retraités, des hommes, des femmes, qui sont dans toute la France », détaille Morgane, l’une des fondatrices du groupe. « Nous y échangeons des astuces, des photos, des modèles... De belles amitiés sont nées et nous tricotons toute l’année dans la convivialité et le goût du challenge grâce à un compteur que nous tenons à jour avec le nombre de bonnets envoyés par chaque membre » ajoute-t-elle. 

Pour les rejoindre, rien de plus simple, il suffit d’envoyer une demande au groupe.

Un atelier Tricot Papotage à Paris 

Un atelier tricot et papotage dans Paris

Un atelier tricot et papotage dans Paris pour créer du lien. © Jean-Louis Courtinat.

L’atelier « Tricot Papotage » a été lancé par des personnes en grande précarité accompagnées par l’équipe d’accompagnement vers le Logement des Petits Frères des Pauvres du 11e arrondissement de Paris. Chaque 1er mercredi et 3e mercredi du mois, de 14h à 16h, une quinzaine de participantes se réunissent pour y tricoter solidaire. En ce moment, on y tricote avec ardeur des centaines de petits bonnets mais on y fait aussi des plaids pour les sans-abris ou des gants pour les plus démunis.

« Le but de cet atelier est d’aider les gens à sortir de l’isolement, qu’ils se rencontrent, qu’ils créent du lien, qu’ils reprennent confiance en eux », précise Patricia, à l’origine de cet atelier.

Infos pratiques : Au 19 cité Voltaire, 75011 Paris, 5e étage.

Les résidents des Ehpad font des bonnets

Des ateliers tricot dans les Ehpad pour soutenir l'opération innocent

Dans les Ehpad, de nombreux ateliers tricot s'organisent régulièrement pour confectionner des petits bonnets en laine. © Manon Caveribere

Dans toute la France, de nombreux Ehpad ont suivi le mouvement pour se lancer dans la création de petits bonnets en laine et réunir leurs résidents autour du tricot. C’est le cas notamment en Bretagne où les Ehpad d’Audierne et de Ty Mahric de Douarnenez ont créé plus de 393 bonnets lors de leurs ateliers hebdomadaires en 2019.

Le tricot n’a pas son pareil pour permettre aux personnes âgées de se détendre tout en discutant et en travaillant sa motricité. Un grand merci pour leur mobilisation !

Les lycéens se mettent au tricot

Des lycéens se mettent au tricot pour soutenir l'opération des petits bonnets avec innocent

Des lycéens se mettent au tricot pour soutenir l'opération des petits bonnets avec innocent. © Pixabay.com

Oui, tricot rime avec ado ! À Roubaix (59), le lycée Jean-Moulin s’est associé avec l’enseigne Phildar pour proposer aux élèves de battre le record de l’an passé, soit 1012 bonnets. « On a donné l’information que nous passions la journée à tricoter dans l’ancien foyer, après, les élèves se sont inscrits. Les élèves viennent apprendre à tricoter sur la journée. C’est ouvert à l’extérieur (parents, amis) et nous avons reçu l’aide précieuse du Gang des tricoteuses (de La Manufacture, ndlr) l’après-midi… » a expliqué Sabine Desrigoyen, proviseure adjointe dans le journal Nord éclair, édition Roubaix (18/11/19).

« Je vais demander conseil à ma grand-mère, elle connaît le tricot... », témoigne Eva-Marie. Une belle preuve des liens intergénérationnels qui peuvent naître grâce à l’opération « petit bonnet, bonne action ». Une initiative similaire a eu lieu au lycée Notre-Dame à Challans (85) en 2019.

 

>> Retrouvez toutes les infos pratiques et des tutoriels sur la page Tricoter solidaire.

 

 

Dans la même catégorie