Plan Grand Froid : les petits frères des Pauvres réchauffent les corps et les coeurs

20 février 2012
articles les plus récents
  • 01 avril 2020
    Mesures de confinement individuel dans les Ehpad : les Petits Frères des Pauvres s’inquiètent
    Lire l'actualité
  • 01 avril 2020
    À l'étranger, les Petits Frères des Pauvres continuent de briser l'isolement pendant le coronavirus
    Lire l'actualité
  • 27 mars 2020
    Confinement : Un partenariat RCF Petits Frères des Pauvres pour lutter contre l’isolement des personnes âgées
    Lire l'actualité
Voir tout

Lundi soir, lors de la soirée à l'Etape ouverte aux sans abris, une journaliste de radio solidaire est venue nous interroger sur le travail des petits frères. Avec les commentaires de Christophe, Lakdhar et Jamal …

Dehors, il fait froid, mais dès qu'on pousse la porte de l'Etape, rue Pasteur dans le 11ème arrondissement de Paris, on oublie aussitôt la température et l'humidité extérieures. Ici, il fait bon vivre. Il fait chaud, et une bonne odeur de nourriture embaume l'atmosphère. Une douzaine de personnes sont attablées devant les restes de leur repas et discutent. Ils vont dormir au chaud et en sécurité ce soir, grâce à la mobilisation exceptionnelle de plusieurs associations. En effet, dans le cadre du plan grand froid, les petits frères des Pauvres, l'Ordre de Malte et le Samu Social ont conclu dans l'urgence un partenariat permettant d'accueillir pendant quelques nuits 10 personnes de plus de 50 ans et sans domicile. Les SDF sont orientés par les équipes du 115 vers ce local associatif, qui sert traditionnellement de lieu d'animation. Des bénévoles les y accueillent, leur offrent à manger, et surtout, ils réussissent à créer un cadre chaleureux particulièrement apprécié de ces hommes et ces femmes en grande précarité. Ecoutez Christophe Figeac, salarié des petits frères des Pauvres, au micro de Clémence Mortier... >> Ecouter l'interview Lakdar est bénévole. Il raconte les soirées et les nuits à l'Etape avec ces personnes sans domicile... >> Ecouter l'interview Djamel a 54 ans. Arrivé d'Algérie il y a quelques mois, il n'a pas de quoi se loger. Alors, il a dormi à l'hôtel, chez des amis, et parfois dans la rue. Asthmatique, il a été orienté par le Samu Social vers ce lieu d'hébergement. >> Ecouter l'interview

Dans la même catégorie