Région Sud-Ouest : Deux ''Services civiques'' en renfort

04 juin 2014
articles les plus récents
  • 02 juin 2020
    À 20 ans, ce volontaire Français est resté confiné en Irlande pour briser la solitude des personnes âgées
    Lire l'actualité
  • 20 mai 2020
    Déconfinement : n’oublions pas nos aînés isolés et vulnérables !
    Lire l'actualité
  • 19 mai 2020
    Vidéo : un célèbre footballeur surprend Odette, 96 ans, pour son anniversaire
    Lire l'actualité
Voir tout

La région Sud Ouest accueille comme chaque année deux jeunes engagés dans le cadre du Service civique. Leur mission durera 6 mois, occasion de découvrir l’action des petits frères des Pauvres, de vivre la proximité avec des personnes âgées, de partager des actions avec les bénévoles… et mille autres choses qui font la richesse de la vie associative. Laissons leur la parole. Marie présente Charley et vice versa.

Charley Moquay, 23 ans et service civique Natif de La Rochelle, Charley a beaucoup voyagé durant son enfance mais c’est finalement à Bordeaux qu’il posera ses valises. Il connaît bien cette ville et quand il en parle on devine un attachement profond aux préoccupations des Bordelais. Il s’inscrit à la faculté de médecine avec l’ambition de devenir pédopsychiatre mais c’est finalement en sociologie qu’il s’investira. Toujours dans la perspective d’être plus proche des gens, il reprend l’association étudiante de la faculté de sociologie. D’abord président puis trésorier, il entend donner du dynamisme à la vie étudiante bordelaise en proposant diverses manifestations telles que des concerts et des festivals de rue. D’un naturel communicatif et bienveillant, c’est avec évidence qu’il place son énergie dans le bénévolat, notamment auprès du Sidaction. Ce qui met en alerte sa conscience citoyenne c’est avant tout de chose l’indifférence de la société face aux difficultés des personnes âgées. À ce titre, il a été ému à plusieurs reprises par la situation de précarité tant sociale qu’affective de nos doyens (une vieille femme qui bradait des livres de valeur, l’insensibilité face à une autre femme qui faisant la manche dans la rue…). L’idée de faire une mission de service civique apparait opportune pour lui ; ayant un esprit critique aiguisé, il estime qu’il devrait conjuguer des actions tangibles à ses diatribes. Sa curiosité, sa volonté de faire bouger les choses et son énergie le pousse à rechercher une mission de service civique dans le domaine sociale où il se sent à son aise. Il postule donc à une mission avec les petits frères des Pauvres afin de nourrir son engagement contre l’indifférence et de déculpabiliser son phrasé parfois acerbe par des actions concrètes et utiles ! Qui plus est, la perspective de participer à une mission d’utilité publique conforte ses convictions personnelles à savoir le partage, l’écoute et l’entraide. Au terme de sa mission Charley espère trouver sa voie professionnelle et prouver aux Bordelais que la solidarité doit s’imposer et dépasser le clivage des générations. Marie. Marie GRANET, 22 ans et service civique C’est à Limoges, sa ville natale, que Marie effectuera son service civique au sein des petits frères des Pauvres. Actuellement en 3eme année de droit, c’est à la fin de sa première année, qu’elle se rend compte que l’université seule ne lui convient pas ! De là nait son énergie et son dynamisme, elle se lance dans tous les combats. Ayant participé depuis des années à l’organisation du Téléthon dans son village Vayres-les-Roses, elle poursuit sur sa lancée auprès de l’association «Festi Duo» qui cherche à faciliter l’accès à la culture de la jeunesse en milieu rural. Forte de l’organisation d’un festival, elle poursuit avec la confédération syndicale des familles ou elle apporte son soutien à des jeunes en situation de précarité et en échec scolaire dans la cité de Limoges, donne des cours de français à de jeunes analphabètes immigrées via le foyer Céline Lebret et apporte son aide un jeune myopathe en tant qu’étudiante assistante. Cette année elle se présente et est élue conseillère municipale de son village. C’est lors de la campagne qu’elle est amenée à rencontrer des personnes âgées dans une situation d’extrême précarité (maisons et murs en terre, absence de literie et de couvertures, potager à l’intérieur même de la demeure). Dotée d’une affinité particulière avec les personnes âgées et émue par la situation de certaines d’entre elles au sein même de sa commune, c’est très naturellement qu’elle postule au service civique proposé par les petits frères des Pauvres, qui l’ont accueillie. A la recherche d’engagement et animée d’une farouche volonté de prouver à ses professeurs de droit que le social « ça sert pas qu’à rien » et que ce n’est pas « un milieu de feignants », elle cherche au travers de ce service civique à faire bouger les murs ! Au terme de sa licence, validée grâce au service civique, elle souhaite devenir membre de l’Office de Protection des Réfugiés et Apatrides afin de protéger les droits de ceux qui n’en n’ont plus. Charley.

Dans la même catégorie