Saint-Valentin : les conseils d’amour des aînés

14 février 2024
St-Valentin : témoignages de couples âgés

Comment les personnes âgées voient le couple ? Témoignages... © CREATISTA/ Shutterstock.com

articles les plus récents
  • 18 avril 2024
    Retour sur 10 dates clés des Petits Frères des Pauvres
    Lire l'actualité
  • 18 avril 2024
    Festivals de musique : nos stands solidaires pour lutter contre l’isolement
    Lire l'actualité
  • 09 avril 2024
    Quelles activités pour aider la mémoire d'une personne atteinte de la maladie d'Alzheimer ?
    Lire l'actualité
Voir tout

À l’occasion de la Saint-Valentin, on a voulu savoir comment nos aînés voyaient la vie de couple, leurs secrets pour faire durer la flamme ou encore continuer à séduire. Témoignages.

Se dire « je t’aime »

« Quand on était âgés tous les deux, le matin elle se levait après moi, elle allait à la porte de la cuisine, elle frappait et elle arrivait, je la prenais dans mes bras et je lui disais "je t’aime comme au premier jour." », Gaston, 97 ans, veuf.

Toujours discuter

« Dans un couple, je pense qu’il faut beaucoup de points communs et toujours discuter. La communication, c’est très important. Pour le faire durer, c’est essentiel de ne pas changer, de rester fidèle à celui qu’on était au début. Et ne pas toujours regarder la beauté extérieure, mais à l’intérieur. Enfin, pour continuer à séduire, je dirais qu’il faut toujours être galant avec la femme qu’on aime. Au sujet de l’amour, j’ai appris avec le temps, j’ai pris des leçons. Celle que je retiens, c’est que rien n’est acquis ! Un couple, ça s’entretient ! », Raphaël, 57 ans, en couple.

Regarder dans la même direction…

« La vie de couple, pour une femme, c’est qu’on est deux êtres, qu’on se rencontre, qu’on a les mêmes dialogues, les mêmes idées, les mêmes échanges, la même hygiène de vie… De s’aimer profondément et de se lever le matin en disant "bonjour, je t’aime". Voilà, c’est ça que j’attends d’un homme. Parce que j’en ai tellement bavé que s’il me reste quelques années à vivre, je veux les vivre pleinement. » Michèle, 76 ans, séparée.

La sincérité…

« Le secret pour faire durer un couple, c’est d’être sincère, d’être naturel. Les sentiments, ça se décèle tout seul. C’est ça qui est incroyable ! Quand on aime quelqu’un, on ne peut pas le cacher ! » Daniel, 83 ans, célibataire.

Percevoir la beauté intérieure

St-Valentin : témoignages de couples

Les témoignages de nos aînés évoquent leur vision du couple. © simona pilolla 2 / Shutterstock.com

« Il n’y a aucun secret pour faire durer un couple. Chacun est différent alors à quoi bon prodiguer des conseils ! Bien sûr qu’en 71 ans il y a eu des hauts et des bas mais je n’ai jamais cessé de voir la beauté intérieure de Paul. Quand je l’ai rencontré pour la première fois à bord d’un train lorsque nous avions 25 ans, je n’ai vu que son aura et j’ai ressenti son empathie, c’est ce qui m’a tout de suite plu et cela ne m’a jamais quittée. », Nicole, 97 ans, veuve.

Jamais l’un sans l’autre

« Je pense que nous faisions tous les deux parties intégrantes de l’autre. Elle ne voyait pas la vie sans moi et je ne voyais pas la vie sans elle. Elle n’avait pas besoin de me demander ce que je pensais, elle le savait et moi aussi. On était comme si on était une seule personne. C’était l’horreur quand elle est morte. » Édouard, 101 ans, veuf.

Oublier les futilités

« Quand on est vieux en couple, les choses importantes on les garde mais tout ce qui est les peccadilles on laisse de côté, on passe au-dessus, du style "ah oui mais il ne m’a pas appelé, alors je le rappelle pas". On perd du temps quand on est jeunes, mon Dieu ! », Patricia, 63 ans, en couple.

Du piment dans le couple

« Il faut s’aimer soi-même déjà. Avoir l’estime de soi. Et il faut s’aimer quand même, il faut quand même un brin d’amour. C’est comme un plat, si vous ne mettez pas de sel ou de poivre, c’est insipide. Le poivre ce serait l’amour qu’on mettrait dans le plat. Oui il en faut, sinon ça ne marchera pas. » Paul, 71 ans, célibataire.

Tout partager…

« Pour moi, la vie de couple, c’est déjà essayer de partager le travail, le caractère et un petit peu les sentiments. Et puis les contraintes de tout. On travaille, on ne fait pas ce qu’on veut. » Roger, 74 ans, célibataire.

 

À LIRE AUSSI :

Dans la même catégorie