Sondage : ce que les seniors attendent vraiment des jeunes

28 septembre 2016
articles les plus récents
  • 02 juin 2020
    À 20 ans, ce volontaire Français est resté confiné en Irlande pour briser la solitude des personnes âgées
    Lire l'actualité
  • 20 mai 2020
    Déconfinement : n’oublions pas nos aînés isolés et vulnérables !
    Lire l'actualité
  • 19 mai 2020
    Vidéo : un célèbre footballeur surprend Odette, 96 ans, pour son anniversaire
    Lire l'actualité
Voir tout

S'aider entre générations, c'est plus facile qu'il n'y paraît. Selon un sondage, les anciens réclament surtout de l'attention. Le quotidien Le Parisien présente les résultats de l'étude d’opinion sur les liens entre les générations et le témoignage de Jeanne, 100 ans, personne accompagnée par les petits frères des Pauvres Val d’Yvette.

La nouvelle génération est épouvantable. J'aimerais tellement en faire partie !  Comme l'écrivain Oscar Wilde à la fin du XIXe siècle, nous portons tous un jugement sur ceux qui nous succèdent. La génération des vétérans (nés entre les deux guerres) a jugé celle des babys boomers (nés entre 1946 et 1964), qui ont vu évoluer la génération X (née entre 1965 et 1979), avant l'arrivée des générations Y et Z... Où en sommes-nous aujourd'hui ? Que pensent les aînés de leurs cadets ? De quoi ont surtout besoin les plus vieux ? A l'occasion de la Journée internationale des personnes âgées, qui se déroulera samedi,et de la Semaine bleue qui suivra, dont le thème est cette année « A tout âge, faire société », nous révélons le sondage* que les Petits Frères des pauvres ont mené sur ce thème et qui pulvérise un certain nombre d'idées reçues. Un gros besoin... d'affection Une corvée d'aider les plus âgés ? La moitié des Français interrogés pensent que les seniors ont surtout besoin de leurs bras ! En l'occurrence pour accomplir les tâches pénibles du quotidien, comme les courses ou le grand ménage. Ils estiment ensuite que les anciens ont besoin de leurs connaissances du numérique pour dépatouiller leurs problèmes de connexion avec la box ou configurer leur répondeur téléphonique, par exemple. Et, en troisième position, que les seniors comptent sur eux pour les accompagner lors de sorties. Un tiercé où ils ont tout faux ! Ce que les 65 ans veulent, c'est... de l'affection. Une notion qu'ils placent même en première position (45 %), avant le coup de pouce sur Internet et l'aide pour les tâches de la vie quotidienne. Une demande d'attention que les jeunes sous-estiment complètement : ils ne la citent qu'à 17 %. L'expérience avant l'argent Pour ce qui est de l'apport des personnes âgées aux jeunes, les Français citent en premier lieu leur expérience de vie (59 %). Un sentiment unanimement partagé, que ce soit par les jeunes ou par les personnes âgées, qui voient là leur principal atout. Leurs témoignages sur les époques traversées, leurs épreuves, leurs joies sont considérés comme une richesse à partager. L'affection et les échanges d'expériences seraient donc les principaux ingrédients nécessaires pour bâtir un lien intergénérationnel solide ! L'argent, le soutien financier (des jeunes vers les plus vieux et réciproquement) ne sont en tout cas pas une priorité puisque, pour l'une et l'autre génération, il arrive en fin de classement. Les jeunes pas si individualistes Six Français sur dix croient que les jeunes ne pensent qu'à eux. « D'ailleurs, les jeunes eux-mêmes portent un jugement identique à celui de l'ensemble des Français sur cette question : 62 % trouvent les membres de leur génération individualistes. » L'association, qui soutient les personnes âgées isolées, remet en cause ce sentiment et prouve que les jeunes sont durs avec eux-mêmes. « En 2015, 88 % des 18-24 ans se disaient prêts à consacrer du temps à une personne âgée. Une solidarité intergénérationnelle qui se constate dans les équipes des Petits Frères des pauvres, avec un accroissement considérable des bénévoles de moins de 30 ans depuis deux années. » Soit 29 % de nouveaux bénévoles. Le Parisien - Christine Mateus - 28 septembre 2016 * Enquête les petits frères des Pauvres/Fondation Monoprix avec l'institut BVA, menée du 2 au 3 septembre 2016, auprès d'un échantillon représentatif de 961 personnes âgées de 18 ans et plus.

Dans la même catégorie