Témoigner, alerter, restaurer le lien social et la dignité de la personne

16 mai 2011
articles les plus récents
  • 20 mai 2020
    Déconfinement : n’oublions pas nos aînés isolés et vulnérables !
    Lire l'actualité
  • 19 mai 2020
    Vidéo : un célèbre footballeur surprend Odette, 96 ans, pour son anniversaire
    Lire l'actualité
  • 19 mai 2020
    4 questions sur les obsèques d’une personne seule
    Lire l'actualité
Voir tout

Le 10 mai à Florentin dans le Tarn, journée « bien-être » organisée par la caisse de retraite complémentaire Prémalliance IRSEA en faveur de ses retraités.

A l'occasion de cette 1ère édition du Village bien-être, journée destinée à améliorer la qualité de vie des retraités Prémalliance, les Amis des petits frères des Pauvres de Mazamet-Aussillon ont animé l'espace lien social. Monsieur Anthony Darragi, responsable de l'action sociale, nous a sollicités dans le cadre de notre partenariat.Dès 7h30, direction Florentin en compagnie de Mme Annie Arnoux en poste à Mazamet. Dans la matinée, un conférencier a expliqué à un parterre composé d'environ 70 retraités, tous plus attentif les uns que les autres, que vieillir n'est pas une maladie en soi et serait même une chance. En effet, les statistiques démontrent tous les jours que l'espérance de vie augmente. Pour bien vieillir, il semble nécessaire d'établir un équilibre entre le physique et le psychique. La résultante se nommerait le bien-être.Si l'on tient compte que la maladie dont souffre tout être humain à un moment ou un autre n'est pas la mort assurée à chaque fois, nous sommes conduits à espérer vivre la vie jusqu'au bout de la vie quelle qu'en soit la teneur ! Il est important de bien se nourrir de façon équilibrée sans céder au diktat des magasines féminins épris de minceur, en se concoctant de bons repas équilibrés arrosées d'un verre de bon vin. Faire d'abord fonctionner la machine !Mais il apparaît primordial de faire fructifier toutes les occasions de bonheur, cultivant l'optimisme, se saisissant des petits riens ajoutés bout à bout qui font que la vie est belle. Cela rejoint le regard porté par les petits frères des Pauvres sur les personnes qu'ils aident, considérant chaque être humain comme unique, ayant son propre parcours de vie. Soignons la maladie, respectons la dignité du malade ! Il faut partager ces moments propices de bonheur avec d'autres et en somme créer du lien social. Les petits frères des Pauvres savent bien comment faire pour créer du lien. Ils savent même le faire lorsqu'ils rencontrent des conditions d'extrême solitude vécues par des personnes accablées, dans l'indifférence de tous. Ce sont justement ces personnes qui ont à un moment de leur vie rompu le lien social, repliées sur elle-même, se soustrayant à une vie sociale qu'elles n'ont plus la force d'entretenir. Il s'agit là d'une spirale infernale, qui d'échecs en renoncements, conduit au suicide. N'étant plus rien, il vaut mieux disparaître aux yeux du monde.Après la pause déjeuner, nous avions la possibilité de participer à divers ateliers destinés justement à se faire du bien. Aromathérapie, Shiatsu, réflexologie plantaire, sophrologie, gymnastique douce et j'en passe. Tout cela dans un parc ombragé par de grands arbres. Relaxation assurée. Un nombre important des invités s'est arrêté à notre stand, posant de multiples questions sur le fonctionnement de notre association. Certains avaient déjà connaissance de nos actions.Cette journée enrichissante se tiendra également à Mazamet le jeudi 9 juin au Palais des Congrès.

Dans la même catégorie