Un accompagnement sans frontière !

18 octobre 2012
articles les plus récents
  • 04 juin 2020
    #PlusJamaisInvisibles : un mouvement pour que nos aînés ne retombent pas dans l’oubli
    Lire l'actualité
  • 04 juin 2020
    Covid19 : nos aînés pessimistes sur la poursuite de l’élan de solidarité post-crise
    Lire l'actualité
  • 04 juin 2020
    Selon notre rapport inédit, 720 000 personnes âgées n'ont eu aucun contact avec leur famille durant le confinement
    Lire l'actualité
Voir tout

Fernande a quitté son appartement versaillais mi-juin pour entrer en séjour (temporaire ?) dans une maison de retraite de Nantes : les petits frères des Pauvres de Versailles a donc tout naturellement conservé des liens avec elle.

Sa fille résidant à proximité de Nantes, Fernande a quitté son appartement versaillais mi-juin pour entrer en séjour (temporaire ?) dans une maison de retraite de Nantes. Cela ne l’enchantait d’ailleurs pas du tout. Les petits frères des Pauvres de Versailles a donc tout naturellement conservé des liens épistolaires avec elle, car foi de petits frères, loin des yeux ne signifie pas loin du cœur. « Chers petits frères, je ne sais comment m’excuser d’avoir tant tardé à vous dire combien vos si affectueux courriers m’avaient touchée, me ramenant à des souvenirs encore si proches. Je voudrais espérer qu’ils se reproduiront mais j’en doute chaque jour davantage. J’ai fait une crise assez importante de dépression et qui me laisse assez démunie d’énergie et de volonté aggravée par la perte de l’ouïe et une vue de plus en plus défaillante. J’ai fait la connaissance d’une gentille jeune fille des petits frères et j’espère que nous pourrons établir les rapports auxquels vous m’avez habituée et qui m’ont toujours redonné des moments ensoleillés dans des périodes assez sombres. Que je vous regrette !!! J’ai gardé la liste des livres de votre bibliothèque. Ne manquez pas s’il vous plait de dire à chacune et chacun comme ils sont présents dans mon esprit, dont l’émotion lors de mon départ prévu a provoqué les larmes de Jacqueline. Je pense souvent à elle, à d’autres aussi qui m’ont manifesté de l’amitié, Doryse que j’espère maintenant en bonne santé, Madeleine, Geneviève, et bien d’autres dont les noms m’échappent. Christian, Michel… sans oublier Florence qui m’a été si secourable et que j’embrasse de tout mon cœur. Michèle toujours attentive dans la nécessité. Et encore beaucoup d’autres dont j’oublie les noms... » Fernande

Dans la même catégorie