Un autre regard - atelier photo

08 octobre 2012
articles les plus récents
  • 04 juin 2020
    #PlusJamaisInvisibles : un mouvement pour que nos aînés ne retombent pas dans l’oubli
    Lire l'actualité
  • 04 juin 2020
    Covid19 : nos aînés pessimistes sur la poursuite de l’élan de solidarité post-crise
    Lire l'actualité
  • 04 juin 2020
    Selon notre rapport inédit, 720 000 personnes âgées n'ont eu aucun contact avec leur famille durant le confinement
    Lire l'actualité
Voir tout

Mi septembre, quelques personnes accompagnées par la Fraternité Paris Saint-Maur, tous issus d'un parcours de vie précaire, et actuels locataires de la pension de famille de la rue de la Chine, ont participé à un stage photo animé par Ljubisa Danilovic, photographe professionnel.

Le projet d’organiser des ateliers photos est parti d’une rencontre entre Ljubisa Danilovic et les résidants d’une pension de famille de la fondation Abbé Pierre à l’occasion d’un reportage. Et l’idée a abouti à la conduite de plusieurs ateliers dont l’objectif est de produire, non pas des clichés « sur », mais des photos réalisées « par » les résidents. Depuis plus d’un an Ljubisa anime des stages dans différentes pensions de famille et chacun d’eux est suivi de la publication d’un livre qui retrace en image le chemin parcouru. Des regards croisés … Et ce qui se passe lors de ces 4 jours est prodigieux : des résidents volontaires vivent à travers l’objectif d’un appareil photo ; encadrés par Ljubisa, qui les introduit à la notion de « langage photographique » et aux bases techniques. L’objectif est de laisser le choix de leur thème aux participants, et le regard avec lequel ils souhaitent l’aborder. Capter une scène, c’est déjà s’approprier un quotidien. Le regard des résidants se tourne alors vers les choses qui sont importantes pour eux …. les thèmes choisis entrent en résonance avec un parcours de vie.   « Ce  qui  compte,  c’est  le  chemin parcouru » nous dit Ljubisa Danilovic, à  partir  d’un  constat  :  « Certaines personnes  sont  verrouillées  dans  la parole,  elles  peuvent  s’exprimer  par l’image ».  Et Ljubisa sait créer une relation de confiance qui autorise et libère l’expression. Aleks Wasieczko, responsable de la pension de famille rue de la Chine est enthousiaste : « Ljubisa, le photographe, fait un peu partie de l’équipe. Il nous a présenté son projet voilà presque un an. Depuis, il est passé à la maison à plusieurs reprises pour mûrir le stage que nous comptions organiser chez nous, discuter le coup, rencontrer les locataires, voir, humer, aimer.   Ljubisa prend son temps. » … pour découvrir l’invisible Armelle de Guibert, directrice de la Fraternité Paris Saint-Maur, établissement qui accompagne spécifiquement des personnes fragilisées par une vie précaire, est immédiatement séduite par le projet et accepte de le soutenir financièrement. « Permettre au personnes de donner à voir leur vision du monde, leur sensibilité et donc leurs savoirs plutôt que de montrer le regard de photographes sur eux, est un concept auquel j’ai totalement adhéré» explique-t-elle. « Donner aux personnes accompagnées les moyens de se rendre visibles par autre chose que la compassion, la pitié ou parfois le rejet qu’ils peuvent susciter me semble primordial pour affirmer leur humanité et leur reconnaître des talents qu’ils n’ont pas forcément eu l’occasion d’utiliser et donc de montrer ». L'édition d'un livre, un vernissage et une exposition itinérante suivront.

Dans la même catégorie