Un moment de vie sur l'île singulière (Supplique pour être enterré sur la plage de Sète ...)

28 avril 2013
articles les plus récents
  • 16 octobre 2020
    La crise, facteur aggravant de précarité : nos aînés témoignent
    Lire l'actualité
  • 15 octobre 2020
    Coronavirus en Ehpad : préserver le lien social coûte que coûte !
    Lire l'actualité
  • 14 octobre 2020
    En 2019, plus de 36 500 vies de personnes âgées isolées changées grâce à la générosité de nos donateurs
    Lire l'actualité
Voir tout

Aline, de l'implantation sètoise, nous fait le récit du dernier hommage rendu à André par deux autres bénévoles de l'équipe.

André est mort. C'était un homme discret qui venait juste faire un petit tour à l'accueil des petits frères des Pauvres dans le foyer logement où il habitait. Il n'avait plus de famille, cet ancien chauffeur routier, célibataire, avait mené une existence solitaire. Ses obsèques ont été organisées avec P, le Directeur de l'établissement. Elles ont eu lieu un matin dans un dépouillement complet, accompagné par quelques résidents et les bénévoles. Louisette, résidante du foyer logement, a fait une quête pour acheter des fleurs. Elle a prévenu avec grand renfort de coups de téléphone M-B et les 2 S , les bénévoles pfP. Il reste un peu d'argent de la quête, Louisette a demandé à M-B de l'amener acheter des géraniums pour les déposer sur la tombe d'André. Ce qui a été fait, un vendredi dans le cimetière du Pi, le cimetière des Pauvres où un illustre sétois repose : Georges Brassens. Arrivées sur la tombe, elles se recueillent puis Louisette entame avec force un chant scout que M-B ne connait pas et qui doit être bien ancien. Un couple s'approche et leur demande où se trouve la tombe de Georges Brassens. Evidemment, c'est une tombe familiale, très discrète qui étonne les nombreux visiteurs par sa simplicité. Ce monsieur explique qu'il est irlandais et sa femme est d'origine berbère marocaine. Il rajoute que sa femme est très sensible. Effectivement, elle pleure à chaudes larmes avec une plante en pot qu'elle va mettre sur la tombe du grand Georges. M-B rétorque que son amie, est elle aussi, un peu démonstrative ! Ils se recueillent un moment sur la tombe d'André et Louisette et M-B les accompagnent sur la tombe du poète. La dame d'origine berbère près de son mari irlandais, toujours en pleurs, dépose ses fleurs. Ils entament également « un petit coin de paradis» (Le parapluie) puis « l'Auvergnat » . Ensuite, chacun se recueille, les mains vers le ciel et elle récite quelques sourates. Puis, ils se disent au revoir, en pensant que dans leur paradis, Georges et André, ont certainement un grand sourire ! Etre bénévole, c'est aussi de belles rencontres, parfois insolites et avec un petit côté magique. Aline d'après le récit de M-B et Louisette | avril 2013

Dans la même catégorie