Témoignage

A Sète, une asso réchauffe le coeur de nos aînés

01 septembre 2010
Derniers témoignages
  • Virginie : « Quel bonheur d’accompagner des personnes sourdes âgées en séjour vacances »

    « Quel bonheur d’accompagner des personnes sourdes âgées en séjour vacances »

    Lire le témoignage
  • Suzanne, 62 ans, découvre le cinéma pour la première fois

    "Pour moi, le cinéma a été une grande première !"

    Lire le témoignage
  • Jacques : « Mon bénévole me donne de la force »

    Hormis la radio, je n’ai personne 

    Lire le témoignage
Voir tout

C'est sous ce titre que le quotidien régional le Midi Libre consacre dans son édition du 26 août un article sur l'installation - début septembre - d'un nouveau groupe des petits frères des Pauvres à Sète dans l'Hérault.

Dans l'Hérault une antenne avait ouvert à Montpellier il y a quelques mois. C'est le constat qu'à fait Gérard Gimeno en arrivant à Sète. Fraîchement libéré de sa carrière militaire, l'homme qui s'était déjà occupé d'enfants hospitalisés à Mayotte s'est intéressé aux petits frères des Pauvres : « J'avais entendu parler du sérieux de leur action et je voulais poursuivre le bénévolat » . Au printemps, il s'entretient avec les services sociaux de la municipalité de Sète et le responsable personnes âgées du Conseil général, qui confirment : Il y a un vrai travail à faire et un besoin d'aide aux personnes âgées. Mais Gérard Gimeno précise : l'idée n'est pas de se substi tuer au travail administratif des services sociaux ou à d'autres associations. Nous, notre rôle c'est la présence, le dialogue. On a tendance à penser que les personnes à aider sont celles en situation de précarité, mais c'est avant tout celles qui sont seules. Aujourd'hui, l'association travaille à l'élaboration d'une équipe. Six bénévoles épaulent déjà Gérard Gimeno. C'est peu, mais l'ancien légionnaire est confiant. Ici la population est constituée de personnes qui sont venues passer leur retraite au soleil et qui peuvent donner du temps, et d'étudiants, qui ont l'envie d'agir ». Des volontaires qui bénéficient de formations. Tout le monde peut être bénévole à condition d'avoir de la chaleur humaine à donner, un minimum de psychologie, et les reins solides , explique Gérard Gimeno.Au fait, avis aux bonnes volontés, l'homme recrute.D'après Camille Gelfi | Le Midi libre | 26 août 2010

Autres témoignages