Témoignage Saint-Orens-de-Gameville | En savoir plus sur : L'équipe locale

Ce bénévole bricole pour les personnes âgées isolées

24 mars 2021
Gilbert bénévole bricoleur des Petits Frères des Pauvres

Gilbert, bénévole bricoleur des Petits Frères des Pauvres. © Petits Frères des Pauvres

Derniers témoignages
  • Alexis, 17 ans, bénévole : « Comment pouvons-nous laisser nos aînés en état de mort sociale ? »

    « Comment pouvons-nous laisser nos aînés en état de mort sociale ? »

    Lire le témoignage
  • Edith, 76 ans : « Ce n’est pas vivre ce que je vis actuellement. Ce n’est pas marrant, je ne vois personne. »

    « Ce n’est pas vivre ce que je vis actuellement. Ce n’est pas marrant, je ne vois personne.

    Lire le témoignage
  • Jocelyne, bénévole : « C’est important d’apporter du bonheur aux gens »

    « C’est important d’apporter du bonheur aux gens »

    Lire le témoignage
Voir tout

Au sein de l’équipe des Petits Frères des Pauvres de Saint-Orens-de-Gameville (31), Gilbert pratique un tout autre type de bénévolat que les visites aux personnes âgées isolées. Lui, c’est aux portes dégondées et aux mobiliers abîmés qu’il vient redonner vie. Grâce à ce bricoleur hors-pair, nos aînés retrouvent du confort chez eux. Récit.

Raboter une porte, recoller une tapisserie, réparer un portail, changer un robinet… pour les personnes âgées isolées que nous accompagnons, ces petites actions peuvent sembler insurmontables. Ces menus travaux, qui n’intéressent pas les entrepreneurs, restent inachevés et finissent par empoisonner le quotidien de nos aînés. Heureusement, l’équipe des Petits Frères des Pauvres de Saint-Orens-de-Gameville / Castanet (31) peut compter depuis décembre 2020 sur un bénévole particulièrement doué de ses deux mains…

Menuisier de métier, Gilbert prévoyait depuis plusieurs années de faire du bénévolat une fois retraité. C’est avec les Petits Frères des Pauvres qu’il a trouvé son bonheur ! « Ce qui est bien, c’est que c’est pile dans mes cordes. Je reste dans mon domaine. Réparer des portes qui sont à moitié abîmées, ça me va ! », sourit-il. 

Depuis janvier 2021, Gilbert ne tient donc pas compagnie aux personnes âgées pour rompre leur isolement… mais débarque chez elles pour bricoler ! « Quand il y a des portes qui coincent, qu’il faut changer des vitres, poser des cuisines, installer des meubles, des sanitaires, démonter des robinets ou des siphons lorsqu’ils sont bouchés, poser une applique… je suis à l’aise ! », détaille-t-il.

Améliorer le confort des personnes âgées isolées

Gilbert bénévole bricoleur des Petits Frères des Pauvres

Raboter une porte, recoller une tapisserie, réparer un portail.. des travaux qui n'ont pas de secret pour Gilbert, notre bénévole bricoleur ! © Petits Frères des Pauvres

Equipé de son cahier pour noter et de ses mallettes de matériel, Gilbert est déjà intervenu auprès de 4 personnes âgées du département. « Pour le 1er chantier, chez une dame de 96 ans, j’ai graissé toutes ses portes car elles ne fonctionnaient pas, j’ai stabilisé les poignées qui étaient toutes branlantes, j’ai aussi remis des aimants à des placards qui s’ouvraient tout seuls. J’ai recollé de la tapisserie arrachée par son chat, raboté la porte d’entrée, refixé une barrière d’escalier et réparé le portail », poursuit-il.

Jeannine, 96 ans, se dit d’ailleurs très satisfaite de ce travail : « Gilbert travaille merveilleusement bien. Il est très poli, agréable, très consciencieux. J’en suis ravie ! C’est quelqu’un qu’on peut vraiment recommander. »

Pour le 2e chantier, Gilbert s’est attelé à la réparation de volets, de fenêtres et du portail extérieur. Des réparations qui lui ont valu des compliments de la part de Jacqueline, 79 ans. « Elle m’a dit texto, "c’est bon de connaître un magicien !" Je trouve ça mignon » avoue-t-il.

Une entreprise ne va pas bricoler des poignées, moi je le fais bénévolement. Je ne compte pas mon temps !

Chez Monique, 81 ans, notre bricoleur a aussi de quoi faire : « j’ai changé le robinet du lavabo de sa salle de bain, changé la tirette de la bonde et je dois y retourner pour rénover le dossier cassé d’une chaise en bois style Napoléon. Je vais aussi faire quelque chose pour ses portes hautes de cuisine qui claquent et qui sont dévissées. Je dois aussi lui faire des trous dans son jardin pour qu’elle puisse planter des arbustes », poursuit-il.

Enfin, chez Yvonne, 65 ans, le lave-linge qui fuyait a été dépanné en moins de deux ! « J’ai passé le furet dans les tuyaux, on a déclenché la machine et c’était merveilleux, il n’y avait plus d’eau par terre ! J’ai aussi posé des tringles à rideaux chez elle » raconte-t-il.

« Ce sont des travaux que les entreprises ne veulent pas faire elles-mêmes parce que ce sont des petites actions. Une entreprise ne va pas bricoler des poignées, moi je le fais bénévolement. Je ne compte pas mon temps ! Je graisse la poignée, la serrure, je remets des vis, des petites rondelles, tout ce qu’il faut pour que ça fonctionne… » résume notre bénévole.

Avec l’isolement, des logements laissés à l’abandon

Lorsqu’on prend de l’âge et qu’on est isolé, l’entretien de son logement devient de plus en plus compliqué. Ainsi, s’occuper d’un évier bouché, de raboter une porte ou parfois simplement de changer une ampoule est impossible. 

« Pour ces interventions, il s’agissait d’un manque d’entretien ou de maintenance parce que le mari est décédé ou que les enfants ne s’en occupent pas ou ne peuvent pas le gérer. C’est un peu laissé à l’abandon… Au quotidien, ces personnes âgées vivent en se satisfaisant de peu. », remarque Gilbert.

C’est pourquoi les Petits Frères des Pauvres, qui brisent l’isolement des personnes âgées mais veillent aussi à améliorer leur quotidien, font appel à des bénévoles aux compétences manuelles pour offrir ce petit plus aux aînés.

>> Découvrez toutes les missions proposées aux bénévoles 

 

 

Autres témoignages