Témoignage

Ces sons qui nous entourent, ces sons riches de souvenir

01 février 2010
Derniers témoignages
  • Sans cette initiative solidaire, Thérèse, 84 ans, serait coupée de l’actualité

    « Sans l’abonnement à la Voix du Nord, je n’ai aucune information »

    Lire le témoignage
  • Comme Elisabeth, certaines personnes âgées vivent bien le confinement : « j’ai gardé ma bonne humeur ! »

    « Je vis très bien le confinement car j’ai gardé ma bonne humeur ! »

    Lire le témoignage
  • Confinement : Henri, 78 ans, « je vis un drame »

    Confinement : « je vis un drame »

    Lire le témoignage
Voir tout

Vincent, Service civil volontaire nous explique le projet mené avec le collectif KO.com pour redonner sa place aux sons

Nos yeux semblent avoir pris le dessus sur notre vie, nous ne croyons que ce que nous voyons. Mais, vous êtes vous déjà posé la question de ce que serai la vie sans vos yeux. Et si, par un malheureux hasard, un jour, vous en veniez à être privé de votre vue. Il faudrait bien continuer à vivre, à s'orienter, à communiquer. Sur quoi reposerait alors votre vision du monde ? A n'en pas douter, elle reposerait sur les sons. Sur ces sons qui nous entourent, mais auxquels nous n'accordons aucune attention. Faites l'expérience, ne serait ce qu'une minute, fermez les yeux, et laissez vous bercer, guider, par ces sons qui nous entourent. Entendez-vous le rire des enfants de l'école proche, la cloche lointaine qui précède l'église, ou le souffle du vent s'engouffrant dans la ville. A eux seuls, ces sons vous évoquent des souvenirs, des images, et vous permettent d'entrer dans un monde fascinant et peu visité, celui des sons, toujours présents, mais jamais tangibles. Depuis la fin de l'année 2009, le collectif KO.com, en partenariat avec les petits frères des Pauvres, travaillent sur un projet visant à redonner sa place aux sons. Cinq binômes composés d'une personne âgée et d'un bénévole des petits frères des Pauvres ont sillonnés les quartiers historiques du Panier et du Vieux Port pour retrouver les sons de leur enfance, qui mêlés à leurs souvenirs, constituent une richesse humaine unique. Ce projet intéressant nous a déjà apporté de nombreuses satisfactions. Comme celle d'amener nos vieux amis à rencontrer le monde de l'art, qui bien souvent effraye au premier abord. Mais aussi celle de les voir s'épanouir dans un projet dont ils sont le moteur et le sujet principal. Et enfin, celle, fugace mais inoubliable, de voir revivre dans leurs yeux un passé qu'ils croyaient à jamais éteint.Et il ne faut surtout pas oublier que le fruit de leur travail sera rendu tangible lors d'une exposition à la Friche de la Belle de Mai. Cette opération est organisée par le collectif KO. com. Vincent, Service Civil Volontaire à Marseille

Autres témoignages