Témoignage Bobigny

Diamond et Clarisse, unies dans l’amitié pour aider les plus précaires

30 novembre 2022
Bénévoles qui aident les personnes âgées en situation de précarité

Diamond et Clarisse, deux jeunes amies dévouées à la cause des personnes âgées en situation de précarité. © Raphaëlle Trecco / Petits Frères des Pauvres

Derniers témoignages
  • Serge, bénévole vacances : « Nous avons apporté de la joie à ces personnes qui sont seules toute l’année. »

    « Nous avons apporté de la joie à ces personnes qui sont seules toute l’année. »

    Lire le témoignage
  • Delphine, bénévole à Paris : « Être bénévole, c’est faire la différence dans la vie de quelqu’un »

    « Être bénévole, c’est faire la différence dans la vie de quelqu’un »

    Lire le témoignage
  • Alice, service civique pour une Baraque à Frat : « Voir le sourire sur les visages, c’est le cadeau que nous recevons »

    « Voir le sourire sur les visages, c’est le cadeau que nous recevons »

    Lire le témoignage
Voir tout

Diamond, 19 ans, et Clarisse, 18 ans, sont deux amies d’enfance qui ont rejoint conjointement l’équipe d’Accompagnement vers Le Logement Banlieues Ile-de-France des Petits Frères des Pauvres depuis 2020. Très engagées pour les plus précaires, elles reviennent sur l’origine de leur bénévolat et sur les bienfaits qu’elles y trouvent à l’occasion de la Journée mondiale du bénévolat.

Du haut de leurs 18 et 19 ans, Clarisse et Diamond ont choisi un bénévolat particulier chez les Petits Frères des Pauvres : celui d’aider les personnes âgées isolées en situation de précarité, pour les sortir de la rue. Auprès de l’équipe d’Accompagnement vers Le Logement Banlieues Ile-de-France des Petits Frères des Pauvres (93), elles aident les aînés « dans leur vie quotidienne c’est-à-dire les accompagner sur une sortie, dans les démarches administratives. », détaille Clarisse.

Ce qui a fait naître leur envie de rejoindre les Petits Frères des Pauvres ? Une soudaine prise de conscience… « Lors de mes études, il y a un cours qui m’a donné le déclic afin de rejoindre les Petits Frères des Pauvres. Ce cours expliquait globalement que la société rejetait les personnes dépendantes car celle-ci est plus encline à être composée de personnes indépendantes, autonomes et qui peuvent tout faire. Alors qu’au final, elles restent des personnes comme nous et qu’en réalité tout le monde est dépendant de quelque chose. Je me suis fait la réflexion que moi aussi, j’allais vieillir et que très certainement je risquais de devenir exclue et isolée de la société dans laquelle j’aurais été active toute ma vie. J’aime le partage, le monde et la convivialité, j’ai eu envie de m’engager auprès des Petits Frères des Pauvres et de lutter contre l’isolement des aînés. », relate Diamond.

Une présence solidaire pour ceux qui n’ont plus rien

Bénévoles qui aident les personnes âgées en situation de précarité

Diamond et Clarisse ont aussi passé des vacances avec les aînés isolés. © Raphaëlle Trecco / Petits Frères des Pauvres

Pour les deux amies, le bénévolat auprès des personnes âgées a été une vraie découverte… Si elles côtoyaient déjà des plus âgés dans leur entourage, elles ont appris combien les épreuves de la vie pouvaient transformer nos aînés. « Il y a des cas très touchants. J’avais une vision un peu idéalisée des personnes âgées. Je les voyais comme "des personnes ayant tout vécu, qui pourront me dire plein de choses, assez joyeuses, s’asseyant sur un banc en regardant le soleil". Mais on se rend vite compte que l’isolement touche beaucoup de personnes, que c’est une réalité et qu’il engendre des situations graves de précarité. On ne peut pas rester sans rien faire ! », s’alarme Diamond.

Tout le monde mérite d’être entouré et encore plus les personnes âgées. 

Quant à Clarisse, elle a été émue de constater la solitude des personnes qu’elle accompagne : « Dans mon entourage, les personnes âgées sont bien entourées et du coup, ça m’a touché que celles suivies par l’Association soient seules. Tout le monde mérite d’être entouré et encore plus les personnes âgées. Ça m’apporte beaucoup de savoir que je peux aider. »

Les deux jeunes filles s’adonnent à leur bénévolat pour les Petits Frères des Pauvres dès qu’elles ont un moment libre, en plus de leurs études. Très mobilisées, elles ont même passé un séjour d’été au sein de la maison de vacances Montguichet (93) avec les personnes âgées. Un moment fort qui leur a apporté beaucoup de bonheur : « Lorsqu’on les voit sourire à la fin de la journée, c’est génial. », conclut Clarisse.

Un grand merci à elles et aux 15 133 bénévoles qui œuvrent au quotidien pour briser l’isolement des aînés au sein des Petits Frères des Pauvres. 

 

 

À LIRE AUSSI :

Autres témoignages