Témoignage

Hommage d'une bénévole à un détenu malade de Fresnes

15 juin 2017

Régis, détenu malade en déambulateur, a pu confier ses angoisses à Delphine, bénévole. © Yan Proefrock

Derniers témoignages
  • Jacques : « Mon bénévole me donne de la force »

    Hormis la radio, je n’ai personne 

    Lire le témoignage
  • Wolriatou, en service civique en Irlande : « permettre à nos aînés de se sentir moins seuls m’a fait grandir »

    "Permettre à nos aînés de se sentir moins seuls et de continuer à profiter de la vie m’a fait grandir."

    Lire le témoignage
  • Bénévolat en binôme auprès des aînés isolés : « ensemble, on va plus loin ! »

    La finalité de notre motivation à participer à cette association était la même : changer le quotidien des personnes isolées

    Lire le témoignage
Voir tout

Delphine, bénévole au sein de l'équipe Accompagnement des Malades des Petits Frères des Pauvres de Paris, a rencontré et accompagné Régis, détenu de Fresnes et gravement malade. Elle lui rend hommage à travers ce témoignage.

Ce n'est pas sans émotion que je voudrais vous parler de Régis, décédé il y a deux mois des suites de son opération. Il avait 56 ans. Jeune, certes, l'esprit alerte, oui, mais dans un corps de vieillard.

Incarcéré depuis deux ans, il n'avait pas encore été jugé. Gravement malade, les poumons, le foie, le cœur... Sans soutien, sans famille, sans parloir, sans promenade. Sans... 

Je le revois encore, peinant, dans le couloir, avec son déambulateur pour revenir de la douche. Couché la journée durant dans son lit, avec la télévision pour seule compagnie, il n'était qu'attente. Tellement impatient. De sa fin.

Des angoisses à confier

Nous nous sommes rencontrés en juillet dernier, au plus fort de sa maladie, de son anxiété. Il était très angoissé à l'idée de mourir à Fresnes, loin de sa Bretagne tant aimée. Angoissé de ne pas savoir ce que deviendrait son corps après... Angoissé à l'idée qu'on ne respecte pas ses dernières volontés, de n'avoir personne à qui se fier, sur qui compter. Se vider. Se libérer. Sa tutrice à Rennes ? "Hmm, je ne l'ai vue que dix minutes !". Peur que même sa dépouille ne soit pas libérable et finisse dans quelque fosse commune, ne soit pas libérée au vent breton. 

Alors, pour qu'il soit en paix, parce que nous savions que la fin était proche, j'avais accepté d'être sa petite personne de confiance. Pour veiller au respect de ses dernières volontés. Pour veiller sur son corps. Pour lui offrir, sur le tard, un peu de sérénité.

Et puis l'appel du médecin de l'UHSI, un mercredi d'automne, pour m'informer de sa fin. Et le refus de l'administration pour que je vienne veiller son corps, pour le voir une dernière fois, lui dire tout simplement au revoir.

Delphine, bénévole accompagnement des malades, février 2013, témoignage pour la cérémonie des Morts de la rue et de la prison. 

Autres témoignages