Témoignage

Martine, bénévole répond à la question ''Mais qu’est ce qu’être bénévole au Café des petits frères ?''

12 octobre 2012
Derniers témoignages
  • Elise, bénévole responsable de séjours : « C’est important d’être réunis pour les fêtes de fin d’année »

    Elise : « C’est important d’être réunis pour les fêtes de fin d’année »

    Lire le témoignage
  • Romain, bénévole trésorier : « En participant aux décisions de l’équipe, je me sens utile »

    « En participant aux décisions de l’équipe, je me sens utile »

    Lire le témoignage
  • Alain, bénévole en milieu carcéral : « au contact des détenus, j’apprends l’humanité ! »

    « Au contact des détenus, j’apprends l’humanité ! »

    Lire le témoignage
Voir tout

C’est par hasard en passant devant la Fraternité Paris Ouest que j’ai fait connaissance avec les petits frères des Pauvres. Je devais être prochainement en retraite et je voulais faire du bénévolat.

Ne connaissant cette association que de nom, je me suis présentée à l’accueil, on m’a reçue avec gentillesse et j’ai ensuite été convoquée pour la première réunion d’information. Première surprise, des gens de tous âges, le bénévolat n’était donc pas réservé aux retraités. C’est ainsi qu’après un entretien avec la responsable, je commençais, inquiète, ma première matinée de « bar woman » au Café des Petits Frères en compagnie d’un bénévole expérimenté. Et ce fût comme une certitude. La certitude d’avoir trouvé un sens, une direction. Mais qu’est ce qu’être bénévole au Café des Petits Frères ? C’est donner un peu et recevoir beaucoup. C'est vouloir partager. C’est comprendre que l’autre est une richesse et que chaque personne est unique. C’est réapprendre le temps : temps de l’écoute et de l’action. C’est aller de découvertes en découvertes : découvrir ce qui fait que l’autre est devenu ce qu’il est. C’est l’accepter dans sa détresse. C’est comprendre sa colère, ses peurs, ses difficultés, sa violence. C’est savoir se taire. C’est la force du regard et du sourire. C’est se réjouir des petites victoires. C’est reconnaître ses limites et accepter l’échec. C’est se découvrir soi-même car  chaque présence au café est un enrichissement personnel. C’est découvrir la générosité et l’originalité des autres bénévoles. C’est avoir envie d’en faire plus car le Café des Petits Frères est le lieu de tous les possibles.

Autres témoignages