Témoignage

Monique Balloy, bénévole chez les petits frères des Pauvres à Mantes-la-Jolie

19 février 2012
Derniers témoignages
  • Alain, bénévole en milieu carcéral : « au contact des détenus, j’apprends l’humanité ! »

    « Au contact des détenus, j’apprends l’humanité ! »

    Lire le témoignage
  • Alexis, 17 ans, bénévole : « Comment pouvons-nous laisser nos aînés en état de mort sociale ? »

    « Comment pouvons-nous laisser nos aînés en état de mort sociale ? »

    Lire le témoignage
  • Edith, 76 ans : « Ce n’est pas vivre ce que je vis actuellement. Ce n’est pas marrant, je ne vois personne. »

    « Ce n’est pas vivre ce que je vis actuellement. Ce n’est pas marrant, je ne vois personne.

    Lire le témoignage
Voir tout

« Notre société est vieillissante, c'est une réalité qui n'est pas forcément triste même si cela rime parfois avec solitude ! Alors que les moyens de communication sont omniprésents dans notre vie, les personnes âgées peuvent se sentir seules et isolées. Malgré tous ces moyens technologiques, ce qui manque, c'est surtout l'humain : échanger un regard, une parole, un geste « en direct », cela compte beaucoup pour les personnes que nous accompagnons ! Etre bénévole chez les petits frères des Pauvres, c'est refuser l'individualisme dans lequel s'engage notre société de consommation, en donnant un peu de son temps pour aller à la rencontre de personnes âgées et isolées. Ce sont des rencontres qui se créent, des liens qui se tissent, des vies qui se rencontrent !  Beaucoup aiment raconter leurs vies, des choses parfois futiles, parfois importantes ou sérieuses qu'elles ont vécues mais tous ces moments sont précieux. C'est parfois lourd, la vie n'est pas toujours rose, mais on rit aussi souvent : il n'y a rien de triste ni de misérabiliste dans notre démarche. Le bénévolat, c'est donner ... un peu, et surtout c'est recevoir ... beaucoup. »

Autres témoignages