Témoignage

Patrick, bénévole près des personnes malades, nous dit

27 mai 2016
Derniers témoignages
  • Sans cette initiative solidaire, Thérèse, 84 ans, serait coupée de l’actualité

    « Sans l’abonnement à la Voix du Nord, je n’ai aucune information »

    Lire le témoignage
  • Comme Elisabeth, certaines personnes âgées vivent bien le confinement : « j’ai gardé ma bonne humeur ! »

    « Je vis très bien le confinement car j’ai gardé ma bonne humeur ! »

    Lire le témoignage
  • Confinement : Henri, 78 ans, « je vis un drame »

    Confinement : « je vis un drame »

    Lire le témoignage
Voir tout

Fragilité et besoin d'amour : les derniers instants de vie saisis par Patrick.

Besoin d’amour. Madame A., en souffrance et très agitée … - « Aidez-moi ». J’étais là pour elle et lui demandai comment faire. - « Prenez-moi la main ». Je posai ma main sur ses mains jointes qu’elle ne desserra pas.   - « Donnez-moi votre cœur ». Je le lui offris fraternellement. Quelques minutes après elle me regarda furtivement du coin de l’œil, puis ferma les yeux et s’endormit doucement. Dans son dernier livre, le philosophe Roger-Pol Droit éclaire la question « Qu’est-ce qui nous unit ? ». A l’analyse savante j’ajouterais la fragilité et le besoin d’amour. Les mains qui se serrent. Cela fait des semaines que Monsieur L. s’éteint, tout doucement. A chaque rencontre, depuis son monde si proche et déjà si loin, sa main vient chercher la mienne posée au bord du lit. Imperceptiblement, ses doigts tapotent les miens. Message codé ou témoignage du lien qui fonde notre humanité ? Petite fleur. Depuis son entrée à l’hôpital, Madame H, dame très âgée amoureuse de la campagne était privée de sa chère nature. Un jour de grâce, je la promenai dans son fauteuil roulant au bord des talus fleuris du parc et lui cueillis une petite violette sauvage. Avec infiniment de peine et de délicatesse elle saisit la fine tige, la porta délicatement à son nez, la huma longuement et s’exclama de bonheur à la douce senteur sucrée exaltée par la chaleur des premiers rayons du soleil. Moins de deux mois après je l’accompagnai jusqu’au seuil de sa vie… Quelle est juste la devise de notre association « des fleurs avant le pain » !  Patrick

Autres témoignages