Témoignage

Un Noël solidaire : Charles, bénévole d'un jour témoigne...

23 janvier 2014
Derniers témoignages
  • Grâce à ce journal, Pascal, isolé et reclus chez lui, peut chasser ses idées noires

    Penser à ce qu’il se passe me permet d’enlever les idées noires que j’ai dans la tête…

    Lire le témoignage
  • Lucette, 84 ans, a réalisé son rêve avec les Petits Frères des Pauvres : dormir dans un château

    J'ai le sentiment que ce séjour me prouve que la vie est belle

    Lire le témoignage
  • Déconfinement : Christiane, 73 ans, « j’ai plutôt peur de sortir »

    J’ai plutôt peur de sortir…

    Lire le témoignage
Voir tout

Comme chaque année, l’association «Les petits frères des Pauvres» a organisé le 24 décembre, un réveillon de Noël pour les délaissés et les défavorisés. Immersion dans une soirée festive mise en œuvre de main de maître par les bénévoles de l’association.

Le rendez-vous est donné dans une salle attenante à la chapelle Sainte Clothilde, dans le 7ème arrondissement de Paris. Fixé en fin d’après-midi, afin de pouvoir organiser l’arrivée des invités, le ton est rapidement donné. L’ambiance est bon enfant, mais le but est clair, les bénévoles doivent se mettre au service de l’organisation pour rendre ce réveillon inoubliable. Après quelques briefings visant à attribuer à chaque équipe de bénévole certaines tâches précises et leur accomplissement, les invités arrivent. Spécialisée dans l’accompagnement de personnes âgées isolées et en situation précaire, l’association est de toute évidence rompue à ces rendez-vous annuels. Des chanteurs amateurs Dès le début il est évident pour tous que l’important n’est ni la finesse du service, ni la beauté des décorations. La plupart des personnes présentes manquent de beaucoup de choses, mais surtout de contacts humains. Les quatre enfants d’une bénévole s’occupent de l’animation. Bien qu’amateurs, ils sont de toute évidence très enthousiastes et rythment l’attente entre les plats de sketchs et de chansons préparés plus tôt dans l’après-midi. Visiblement, le répertoire choisi (variété française) suscite le ravissement des invités. Le ton n’est pas toujours très juste, mais il est enjoué. « C’est tellement adorable de leur part, à leur âge on pourrait penser qu’ils voudraient s’amuser avec leurs amis. Pas passer le soir de Noël avec des personnes âgées comme nous » commente Hélène après avoir repris « l’Amérique » de Joe Dassin. Rompre avec la solitude La soirée semble tenir lieu de refuge, de parenthèse enchantée avant de retourner à la monotonie d’une vie de solitude. Contrairement à ce qu’on peut parfois constater lors d’événements organisés par d’autres associations, tout le monde à l’air de vraiment passer un bon moment. Au fil de la soirée se forment des groupes d’affinité, de discussions entre les invités et les bénévoles. Ces derniers semblent aussi heureux que les invités de participer à ce réveillon de Noël. « Au fond ça nous change aussi du quotidien, et on passe tous un tellement bon moment, comment le regretter ? » se demande Vincent, dont c’est le premier réveillon passé avec les petits frères des Pauvres. La richesse extraordinaire des personnes âgées La motivation de la présence des bénévoles est un sujet qui revient fréquemment dans la cuisine ou ces derniers viennent chercher les plats pour leur tablée. Comme si ils avaient besoin de justifier leur présence. De tout âge, les bénévoles viennent de tous horizons,  mais leur motivation et leur volonté sont à toute épreuve. «On reçoit tellement toute l’année, ça paraît naturel de donner un peu à notre tour» explique Malik, venu avec son frère Abdel. Ce dernier avait des doutes sur  sa capacité à mettre les invités à l’aise pendant le dîner. «C’est finalement l’inverse qui s’est produit. La richesse humaine de ces gens est extraordinaire».   Charles de Jouvenel  

Autres témoignages