En milieu carcéral

L'action des Petits Frères des Pauvres auprès des personnes détenues âgées et isolées

Depuis 2012, les Petits Frères des Pauvres interviennent pour des visites en prison auprès des personnes détenues âgées et isolées dans toute la France afin de recréer du lien social et de rompre leur solitude.

Les visites en prison : un besoin essentiel pour les personnes âgées isolées détenues

Enfermés toute l’année, avec des contacts limités avec l’extérieur, bénéficiant rarement d’activités, les détenus incarcérés sont touchés de plein fouet par la solitude. Une solitude rendue encore plus difficile par leurs conditions de vie de surpopulation carcérale : en effet, le taux d’occupation des établissements pénitentiaires est de 116 % et de 138 % en maison d’arrêt ou quartier maison d’arrêt (au 1er janvier 2020, selon des chiffres de l’Administration Pénitentiaire), ce qui contraint deux à trois personnes, parfois plus, à partager des cellules de 9m2 et plus de 1600 personnes à dormir chaque nuit sur des matelas posés au sol.

Face à ces personnes véritablement isolées, en proie à une grande solitude empirée par des conditions de vie difficiles et fidèles à leur mission d'accompagnement et aux principes de respect de la personne, les Petits Frères des Pauvres interviennent en milieu carcéral

En moyenne, on dénombre 10 % des détenus ont plus de 50 ans et moins de 4 % ont plus de 60 ans. « Ces personnes âgées qui sont en minorité dans les prisons, elles se font oublier... pour ne pas avoir d'ennui, pour éviter la violence », décrit Delphine, bénévole pour les Petits Frères des Pauvres en milieu carcéral à Fresnes (94). « Et souvent, à cause de leur âge, elles sont en rupture familiale. Ce sont des prisonniers qui ne sortent quasiment jamais de leur neuf mètres carrés », poursuit-t-elle. 

Grâce à ces visites en prison, les bénévoles apportent aux détenus âgés présence et écoute inconditionnelles, avec humilité et sans jugement, manifestant ainsi le non-abandon et la solidarité envers ceux qui vivent une double peine. « Le bénévole est la seule personne qui apporte un peu d'humanité », ajoute Delphine.

Visites en prison : le partenariat avec l’Administration pénitentiaire

Depuis mai 2012, les Petits Frères des Pauvres, le Ministère de la Justice et l’administration pénitentiaire ont signé une convention nationale dans laquelle l’Association s’engage à visiter les personnes âgées détenues isolées dans les prisons pour restaurer du lien social. Ainsi, si certaines initiatives associatives existent en milieu carcéral, les Petits Frères des Pauvres sont aujourd’hui la seule association proposant un accompagnement aux personnes détenues de plus de 50 ans.  

Aujourd’hui, cela représente environ 200 visites en prison par an qui ont lieu dans les parloirs pour 35 détenus environ. 9 bénévoles se répartissent entre Fresnes et Marseille. 4 nouvelles équipes devraient voir le jour prochainement (Poissy, Lille, Rennes et Paris). 

 

Notre action en vidéo auprès des détenus isolés :

Visites en prison : les témoignages des détenus âgés et des bénévoles

Pour les détenus âgés, les visites en prison des bénévoles des Petits Frères des Pauvres représentent une véritable bouffée d’air frais qui leur permet de rompre leur solitude mais aussi de créer du lien social. « Vous venez adoucir ma captivité, en votre compagnie, je m’évade du concret, du réel, de ma triste réalité », remercie Christophe, 57 ans, détenu à la Maison d’arrêt de Fresnes. « Les visites, c’est très important, c’est ce qui me fait tenir », confirme de son côté Henri, détenu à la Maison d’arrêt de Fresnes. 

Les visites, c’est très important, c’est ce qui me fait tenir

Quant aux bénévoles, ils y créent des liens avec les personnes âgées détenues qu’ils accompagnent, comme le précise Delphine, bénévole des Petits Frères des Pauvres depuis 8 ans en milieu carcéral pour la maison d’arrêt de Fresnes : « c’est une expérience, ce sont des rencontres, on vit des choses, une histoire… ». « Ici, c’est sûr, les prisonniers ont besoin de parler. Qu’ils abordent ou pas pourquoi Ils sont là, ils n’ont pas d’autre espace de paroles que celui-là, avec les bénévoles qui viennent devant eux et leur consacrent de l’écoute, du non-jugement et du temps. Ce temps-là n’est plus vide », décrit quant à elle Nathalie, bénévole à Fresnes.

 

À LIRE AUSSI :

Les Don Quichotte de l'espoir Don Quichotte de l'espoir est un livre de témoignages sur le bénévolat d’accompagnement à l’hôpital pénitentiaire de Fresnes et à l’UHSI La Pitié Salpêtrière