Je suis : 

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Christèle, bénévole, profite des leçons de vie de ceux qui vont mourir

Christèle accompagne des personnes en fin de vie pour les Petits Frères des Pauvres à Lyon. © Christèle DG.

Derniers témoignages

20 août 2019

Renaud : « Les Petits Frères des Pauvres vous font oublier que vous dépendez du RSA »

Lire le temoignage

27 février 2019

Mégane : « Madeleine pourrait être ma grand-mère »

Lire le temoignage
Voir tout
Christèle est bénévole des Petits Frères des Pauvres pour l’accompagnement des personnes malades et/ou en fin de vie à Lyon (69) depuis septembre 2021. Ses interventions à l’hôpital lui ont permis de tirer quelques grands enseignements, qu’elle partage avec nous…

Émue par le sort des patients en pleine crise sanitaire, Christèle a eu envie de s’engager pour leur offrir une fin de vie plus douce… « Les patients n’avaient aucune visite, ni de leurs proches ni des bénévoles. Je me suis dit à ce moment-là qu’il y avait plus que jamais besoin de bonnes volontés. », souligne-t-elle.

C’est en septembre 2021 qu’elle a rejoint officiellement l’équipe des Petits Frères des Pauvres pour l’accompagnement des personnes malades et/ou en fin de vie à Lyon (69) après une période de formation et d’accompagnement. Elle intervient désormais une après-midi par semaine au sein de l’unité de neuro-oncologie de l’hôpital neuro-cardio de Lyon. « C’est un service tout à fait particulier où l’on peut côtoyer à la fois la fin de vie et les soins palliatifs comme des personnes qui viennent d’apprendre leur diagnostic de tumeur au cerveau et qui sont sous le choc. », décrit-elle.

Trouver cette place particulière auprès des personnes malades

Avec l’expérience et les formations dispensées par notre Association, notre bénévole a appris à adapter son soutien aux personnes qu’elle visite. « C’est à nous d’aller au plus près de leurs émotions du moment pour trouver le juste accompagnement. Parfois les patients ont simplement besoin d’être dans le silence et que nous soyons assis à leur côté. ».

Finalement, le rôle du bénévole d’accompagnement en fin de vie est aussi de trouver sa « juste présence » : « J’ai appris peu à peu ce que voulait dire « faire présence » ; trouver cette place toute particulière auprès des patients gravement malades. »

Cet accompagnement est un privilège car il m’aide à comprendre ce qui est finalement vraiment important dans la vie

Au cours de ses visites, Christèle vit des moments privilégiés avec les personnes malades ou en fin de vie qu’elle accompagne, des instants d’une grande émotion : « Je recueille aussi de nombreuses paroles, des secrets de famille, des peurs, des joies, l’envie parfois de chanter ensemble sur une chanson, de rire, d’écouter les bilans de vie des patients. »

Savoir ce qui est important dans la vie grâce aux personnes en fin de vie

Christèle se sent accomplie dans son bénévolat auprès des personnes en fin de vie. Elle en tire de nombreux enseignements d’une grande sagesse… « Cet accompagnement est un privilège car il m’aide à comprendre ce qui est finalement vraiment important dans la vie, à partir des mots de ceux qui vont la quitter. Que l’amour de ses proches et le sentiment d’avoir été utile tout au long de sa vie, d’avoir fait de son mieux, est finalement le plus important. »

À chaque fois que j’entre dans la chambre d’un patient, c’est une nouvelle histoire de vie

Elle apprécie aussi la richesse et la diversité de ce bénévolat, qui ouvre une nouvelle page d’un chapitre chaque jour ! « Ce que j’aime également dans cet accompagnement, c’est qu’aucune intervention n’est identique. À chaque fois que j’entre dans la chambre d’un patient, c’est une nouvelle histoire de vie, une nouvelle rencontre et cette richesse est précieuse dans l’accompagnement des personnes malades et en fin de vie. »

Si vous aussi, vous voulez rejoindre nos équipes d’accompagnement en fin de vie, remplissez notre formulaire ci-dessous :

À LIRE AUSSI :
Partager Ce témoignage
A propos de l’auteur
Picture of Evanb
Evanb

Consulter d'autres témoignages

Alisa, volontaire européenne de 19 ans : « j’ai trouvé ma famille française »

Alisa est une jeune Allemande de 19 ans qui s’est engagée pour un corps européen de...

Olga, 91 ans : « merci à l’association de me rendre la vie tellement plus agréable. »

Après le décès de son mari, Olga se retrouve seule et désemparée. Grâce à une amie,...

En dépit de la différence d’âge, Cécile, 17 ans, rend visite à Yvette, 94 ans…

Cécile, 17 ans, est lycéenne à Narbonne (34). Elle est aussi la bénévole d’Yvette, 94 ans,...

Faire un don