À l'étranger, les Petits Frères des Pauvres continuent de briser l'isolement pendant le coronavirus

01 avril 2020
Coronavirus : Les Petits Frères des Pauvres à l'étranger luttent contre l'isolement des personnes âgées

Les associations membres du réseau Petits Frères des Pauvres au-delà des frontières françaises ont mis en place de nombreuses actions pour garder le lien avec les personnes âgées. © Niciodată Singur

articles les plus récents
  • 16 octobre 2020
    La crise, facteur aggravant de précarité : nos aînés témoignent
    Lire l'actualité
  • 15 octobre 2020
    Coronavirus en Ehpad : préserver le lien social coûte que coûte !
    Lire l'actualité
  • 14 octobre 2020
    En 2019, plus de 36 500 vies de personnes âgées isolées changées grâce à la générosité de nos donateurs
    Lire l'actualité
Voir tout

En dehors de la France, de nombreux pays font face au coronavirus et aux mêmes problématiques de l’isolement renforcé des personnes âgées dû aux mesures de confinement. Tour d’horizon des actions mises en place, notamment par les associations membres du réseau Petits Frères des Pauvres.

Parce que pratiquement aucun pays n’est épargné par la crise sanitaire du coronavirus et que les mesures de confinement se généralisent, les Petits Frères des Pauvres à l’international ont dû adapter eux aussi leurs actions. « Dans tous les pays où nous sommes présents, les bénévoles se sont mobilisés fortement pour garder le lien téléphonique avec nos aînés et lorsque c’est nécessaire livrer des courses ou aller chercher des médicaments à la pharmacie… à l’image des actions mises en place en France » détaillent Barbara Bringuier, Coordinatrice Internationale et Gaëlle Dutordoir, chargée de mission chez les Petits Frères des Pauvres.

Des initiatives originales pour lutter contre l’isolement

Au-delà de rendre service à nos aînés pour leurs courses, nos amis à l’international fourmillent aussi d’idées pour garder le lien de diverses façons…

En Allemagne, où des mesures de restriction sont en place mais pas un véritable confinement, « Freunde alter Menschen » a eu l’idée d’envoyer une newsletter papier hebdomadaire à ses aînés. Au programme : des recettes, des citations célèbres, des histoires, de belles photos, des petits jeux… « pour leur donner de l’espoir et un état d’esprit positif » tout au long du confinement. Ils gâteront aussi leurs aînés avec un bouquet de fleurs qui sera offert pour les fêtes de Pâques, entre le 6 et le 7 avril, grâce à un réseau de partenaires et livré en toute sécurité !
 
En Espagne, où le confinement a été mis en place depuis la mi-mars 2020 et qui est le deuxième pays le plus touché au monde derrière l’Italie, « Amigos de los Mayores » ont prévu d’acheter des téléphones portables pour les personnes âgées qu’ils accompagnent en maison de retraite, qui se retrouvent complètement coupées de l’extérieur et très angoissées par la situation dramatique… 
 
En Hongrie, qui a mis en place un confinement partiel depuis le 28 mars 2020, l’équipe du programme « Idősek Barátai » fait face à un afflux de demandes de personnes âgées et se retrouve à devoir aider toute une maison de retraite. Les bénévoles sont en train de collecter actuellement des paniers repas, des vitamines, des masques, des produits nettoyants et des savons qui manquent… 

Du côté des Polonais, les bénévoles de « mali bracia Ubogich » sont en train de préparer des colis qu’ils livreront à Pâques à la place des habituels repas festifs. Là-bas, le confinement est en place depuis la mi-mars.

Coronavirus : Les Petits Frères des Pauvres à l'étranger luttent contre l'isolement des personnes âgées

En Roumanie, l’association « Niciodată Singur » a notamment mis en place une distribution gratuite de paniers de nourriture deux fois par mois comprenant des fruits, des légumes, des denrées non-périssables des produits d’hygiène... et des petits cadeaux pour les 85 personnes âgées accompagnées à domicile. © Niciodată Singur

En Roumanie, le confinement avec couvre-feu de 22h à 6h du matin a été décrété depuis le 25 mars 2020, l’association « Niciodată Singur » a notamment mis en place une distribution gratuite de paniers de nourriture deux fois par mois comprenant des fruits, des légumes, des denrées non-périssables ainsi que des produits d’hygiène pour les 85 personnes âgées accompagnées à domicile. 

Partout, les personnes âgées vivant à la rue sont parmi les plus impactées par la situation, aux Etats-Unis comme ailleurs. C’est pourquoi « Little Brothers Friends of the Elderly » de Chicago n’a pas hésité à mettre sa cuisine à disposition d’une association qui continue de préparer des repas pour les personnes SDF de la ville. Les États-Unis sont à l’heure actuelle le pays au monde répertoriant le plus grand nombre de cas confirmés. Le président Donald Trump a recommandé depuis la Maison-Blanche de limiter les rassemblements à 10 personnes, de fermer les écoles – déjà à l’arrêt dans des métropoles comme New York, Washington, Chicago ou Los Angeles –, de ne plus sortir dans les bars et restaurants et d’éviter les voyages non essentiels mais chaque Etat doit ensuite légiférer pour prendre des mesures.

De nouvelles solidarités

Nombreux ont été les citoyens et les entreprises à se mobiliser généreusement pour soutenir les associations. C’est le cas en Irlande, où l’association « Friends of the Elderly » a eu la joie de se faire aider par un hôtel qui prépare 20 repas chauds par jour, qui sont livrés à ceux qui en ont le plus besoin. C’est aussi le cas en Pologne où l’association apporte gratuitement 3 repas par jour à une douzaine de personnes âgées de Varsovie grâce à une grande entreprise de restauration. 

En Roumanie, à Bucarest, la mobilisation d’une chaîne de restaurant et d’une Fondation permettront à nos aînés de se faire livrer un véritable repas de fête pour Pâques

Enfin, en Hongrie, de nombreux citoyens se sont proposés spontanément – comme en France d’ailleurs- pour passer des appels téléphoniques aux aînés, faire des courses mais aussi coudre des masques. Les équipes s’organisent pour les accueillir au mieux !

Une solidarité qui réchauffe le cœur !

Quant aux jeunes volontaires Français en service civique à l’étranger, leur engagement n’a pas failli pendant cette période. Nathan, volontaire en service civique à Chicago, explique : « Après seulement deux mois, je ne me voyais pas renoncer aussi vite à mon volontariat. Malgré le passage de visites personnelles, notre mission première, à des échanges uniquement téléphoniques, je sais que j'ai encore beaucoup à apprendre des anciens que je visite, mais aussi de mon pays d'accueil. Même si la situation actuelle est préoccupante et que je suis loin de ma famille, rentrer aujourd'hui serait une grande déception pour mon développement personnel ».

 

 

Dans la même catégorie