Avant une réforme des retraites, lutter contre l’âgisme au travail

08 février 2023
Réforme des retraites : lutter contre l'âgisme au travail

En plein débat sur les retraites, il est essentiel de lutter d'abord contre les stéréotypes sur les seniors au travail. © adriaticfoto / Shutterstock.com

articles les plus récents
  • 21 février 2024
    Grandpa Core : la grande tendance 2024 qui remet les vieux au goût du jour
    Lire l'actualité
  • 14 février 2024
    Saint-Valentin : les conseils d’amour des aînés
    Lire l'actualité
  • 08 février 2024
    Grâce à vous, Bernard, 75 ans, a pu recevoir un vélo tout neuf
    Lire l'actualité
Voir tout

Le projet de réforme des retraites prévoit de retarder l’âge légal de départ à la retraite. Mais pour de nombreux seniors, trouver un emploi à cet âge est extrêmement compliqué. Victimes de préjugés, ils sont discriminés à l’emploi. Un changement de regard sur nos aînés est donc primordial avant d’envisager toute réforme…

En plein débat sur les retraites où la question de travailler plus longtemps suscite de vives inquiétudes, il est intéressant d’analyser actuellement la place des seniors sur le marché du travail. On constate qu’en France, le taux d’emploi des seniors (55-64 ans) est de 56 % en 2021. La France fait office de mauvaise élève dans toute l’Europe : ce taux est inférieur à la moyenne de l'Union européenne qui est de 60,5 %. Il culmine même à 76,9 % en Suède.

Plusieurs études ont montré que si les seniors peinent à garder leur emploi ou à en retrouver un, c’est qu’ils sont victimes de préjugés

Des seniors victimes de stéréotypes au travail

Une étude réalisée par l’Ipsos pour À Compétence Egale en juillet 2022 révélait ainsi que les recruteurs ne sélectionnent pas des candidats seniors parce qu'ils redoutent notamment des difficultés d’intégration au sein d’équipes plus jeunes ou des résistances aux changements organisationnels. Ils hésitent également à choisir un candidat à qui il va rester peu de temps de travail avant la retraite et dont la santé est présumée plus fragile.

Du côté des candidats seniors, eux-mêmes perçoivent comme un frein pour les recruteurs ce temps restant avant la retraite, leur état de santé, le coût pour l’entreprise mais aussi le fait qu’ils ont trop de compétences pour le poste.

Supposément plus fragiles, réfractaires au changement, moins doués pour les nouvelles technologies ou difficiles à manager, les seniors sont donc victimes de préjugés sur le marché de l’emploi. Il arrive aussi couramment que les travailleurs âgés, arrivés à des hauts postes, soient davantage touchés lorsque des coupes sont effectuées dans les effectifs pour des raisons budgétaires. Mais au profit de réduire les coûts, ne risque-t-on pas d’y perdre en savoir-faire ?

Lutter contre l’âgisme, une lente progression…

Réforme des retraites : les mesures pour lutter contre l'âgisme au travail

Pour lutter contre l'âgisme au travail, plusieurs entreprises se sont engagées mais le travail promet d'être long... © Dorde Krstic / Shutterstock.com

Dans le cadre du projet de réforme des retraites, le gouvernement prévoit d’imposer à une grande partie des entreprises de publier un « index senior ». Une mesure controversée d’autant que les sanctions pour celles qui n’atteindraient pas le quota demandé n’ont pas été clairement énoncées. Si 76 % des professionnels du recrutement sont favorables à un dispositif qui imposerait aux entreprises de recruter des seniors (étude Ipsos pour À Compétence Egale), il n’en reste pas moins que peu d’entreprises s’engagent actuellement volontairement dans cette voie.
 
Récemment, 14 grandes entreprises françaises se sont engagées pour lutter contre les discriminations liées à l’âge dans le monde du travail. Au sein d’un collectif, elles se sont réunies pour élaborer une charte sous le patronage de la secrétaire d’État chargée de l’économie sociale, solidaire et responsable afin de veiller au recrutement de personnes à toutes les étapes de leur carrière, à leur offrir des opportunités pour leur permettre de travailler dans un environnement inclusif jusqu’au départ à la retraite ou encore de favoriser la transmission des savoirs et le partage d’expérience entre les générations… 
 
Si cette avancée française est à saluer, le travail promet d’être long pour briser l’âgisme au travail. D’après une étude menée par deux psychologues de Harvard, Tessa Charlesworth et Mahzarin Banaji, les stéréotypes négatifs sur le vieillissement seraient plus persistants que ceux sur la race et le sexe. Contrairement aux préjugés sur l’orientation sexuelle, la race ou la couleur de la peau qui se sont améliorés au cours de la dernière décennie, ceux sur l’âge et le handicap restent tenaces. Au regard du contexte actuel, il faudrait plus d’un siècle pour que ces préjugés disparaissent… 

Quelles solutions pour lutter contre l’âgisme au travail ?

Au même titre que le sexisme, le racisme ou l’homophobie, l’âgisme est interdit par la loi et passible de 3 ans de prison et de 45 000 € d’amende. Pour autant, il n’est pas toujours simple de faire reconnaitre de ces discriminations. 

Il est donc essentiel que les entreprises prennent conscience de leurs stéréotypes et accompagnent leurs salariés tout au long de leur carrière pour bien préparer leur retraite et la transmission des savoirs. 
 
D’autres idées peuvent être mises en place facilement :
  • Favoriser les échanges intergénérationnels entre seniors et juniors comme le mentoring, le tutorat…
  • Accompagner le développement des compétences à tout âge, par exemple avec le mécénat de compétences…
  • Briser les clichés sur l’âgisme en valorisant les seniors présents dans l’entreprise
  • Diffuser des guides d’informations sur le recrutement des seniors et les contrats spécifiques qui soutiennent leur emploi
À chacun de s’approprier ces mesures pour changer de regard sur les aînés !
 

À LIRE AUSSI :

Dans la même catégorie