Comment prévenir le risque de chute chez les personnes âgées ?

04 avril 2023
Prévenir le risque de chute chez les personnes âgées

Tous les conseils pour prévenir le risque de chute des personnes âgées. © Toa55/ Shutterstock.com

articles les plus récents
  • 18 avril 2024
    Retour sur 10 dates clés des Petits Frères des Pauvres
    Lire l'actualité
  • 18 avril 2024
    Festivals de musique : nos stands solidaires pour lutter contre l’isolement
    Lire l'actualité
  • 09 avril 2024
    Quelles activités pour aider la mémoire d'une personne atteinte de la maladie d'Alzheimer ?
    Lire l'actualité
Voir tout

En France, les chutes des personnes âgées entraînent chaque année plus de 130 000 hospitalisations et plus de 10 000 décès. Parce qu’elles peuvent ensuite entrainer de graves conséquences dans la vie de nos aînés, voici tous nos conseils pour prévenir le risque de chute.

Avec plus de 2 millions de chutes chaque année chez les plus de 65 ans (Ministère des Solidarités, de l’autonomie et des personnes handicapées), les chutes représentent la première cause de mortalité accidentelle chez cette classe d’âge. Pourtant, la majorité pourrait être évitée ou limitée dans leur gravité.
 
Prudence, une chute ne doit jamais être négligée. En cas de chute, il est conseillé d’en informer son médecin. 

Quelles sont les principales causes de chute chez les personnes âgées ?

Il existe de nombreuses causes de chutes chez les personnes âgées, notamment :
  • Un environnement inadapté : un domicile encombré (tapis, câbles, meubles imposants…), des sols glissants, un éclairage insuffisant ou encore un chaussage inadapté. 
  • Un état de santé détérioré : des troubles de l’équilibre, des vertiges, un état de dénutrition, une faiblesse musculaire ou encore une baisse de la vision peuvent affecter l’équilibre et ainsi provoquer des chutes.
  • Les effets secondaires des médicaments : certains médicaments peuvent causer des étourdissements, des vertiges ou une faiblesse musculaire ce qui augmente le risque de chute.
  • Des comportements inadaptés : une consommation excessive d’alcool, une précipitation lors du lever ou de la marche, des prises de risques… ces situations peuvent aussi favoriser les chutes.

Prévenir les risques de chutes chez les seniors : que faut-il mettre en place ?

De manière générale, il faut veiller à adapter son lieu de vie pour prévenir le risque de chute
 
On pense par exemple à libérer l’espace en débarrassant les meubles encombrants des zones de circulation. On n’oublie pas les câbles et fils électriques qu’on peut fixer au mur ou cacher dans des range-fils. 
 
Pour éviter les zones d’ombres dans la maison, des lampes bien positionnées permettront d’éclairer les endroits passants. 
 
Enfin, il est conseillé d’éviter les tapis aux bords relevés, les descentes de lit et autres tapis de bain qui peuvent facilement faire trébucher au profit d’articles en matières antidérapantes. 

Les bonnes habitudes à prendre pour prévenir les chutes 

Prévenir le risque de chute chez les personnes âgées

Pratiquer de l'exercice régulièrement permet de prévenir les chutes. © Verbaska / Shutterstock.com

S’il n’est pas question non plus de craindre constamment de tomber, il est tout de même important d’essayer de réduire le risque de chute en prenant de nouvelles habitudes au quotidien. 
 
Ainsi, les aînés doivent veiller à se lever lentement de leur lit ou chaise pour se prémunir des vertiges ou étourdissements
 
On recommande aussi la pratique régulière de l'exercice car cela peut aider à entretenir et améliorer la force musculaire, l'équilibre et la coordination. D’ailleurs, des cours de gymnastique dédiés aux seniors apprennent notamment à « bien tomber » et aussi, à se relever seuls d’une chute.
 
Les repas doivent également être pris en quantité et en qualité suffisantes. Le Pr Agathe Raynaud-Simon, gériatre et nutritionniste, rappelle : « Ce qui est important, c’est de conserver une alimentation variée, de continuer à faire trois vrais repas par jour, de continuer à manger de la viande, des œufs ou du poisson c’est-à-dire des protéines et des laitages. »
 
Et enfin, les personnes âgées doivent éviter de prendre des risques inutiles. Monter sur des chaises, des tabourets ou des marches-pieds pour faire le ménage ou attraper des objets peut être dangereux. Mieux vaut demander de l’aide que de perdre l’équilibre et risquer inutilement un accident…

Que faire si une personne âgée chute ?

Vous êtes présent au moment de la chute d’une personne âgée de votre entourage ? Vous avez retrouvé votre proche au sol après qu’il soit tombé ? Voici les bons réflexes à suivre :
  • Si la personne âgée est consciente : questionnez-la pour savoir si elle souffre et si oui, où exactement. Demandez-lui de vous raconter ce qu’il s’est passé et vérifiez qu’elle n’a pas perdu connaissance, qu’elle ne semble pas désorientée. Si elle n’a pas de douleur, elle pourra se relever avec votre aide et l’appui d’une chaise par exemple.
Si la personne ne peut pas se relever, ne la changez pas de position. Appelez le SAMU (15) et couvrez-la. 
  • Si la personne est inconsciente, appelez le SAMU (15) et couvrez-la.
Dans le cas où la personne vit seule à son domicile, il est important qu’elle puisse prévenir les secours par tous les moyens : via sa téléassistance, son téléphone fixe ou portable, un objet bruyant qui attirera l’attention des voisins…

Quelle surveillance après la chute d’une personne âgée ?

Une fois les complications physiques écartées et l’état de santé revenu à la normale, la peur de tomber à nouveau peut souvent pousser les personnes âgées à restreindre leurs activités et à s’isoler. Malheureusement, ce cercle vicieux est délétère aussi bien pour le moral que pour la santé de nos aînés : moins les personnes âgées sont actives, plus leurs forces et leur souplesse diminuent, ce qui peut augmenter les risques de chute et leur dépendance. Cet isolement, aggravé par un sentiment de vulnérabilité, pourrait restreindre encore davantage les contacts sociaux. De quoi perdre, petit à petit, goût à la vie…
 
C’est pourquoi, pour les Petits Frères des Pauvres, il est important que les contacts des bénévoles d’associations, d’amis, de voisins et bien sûr de la famille perdurent pour permettre à nos aînés de se sentir entourés pendant les bons moments comme durant les périodes de fragilité.
 
Article relu par le Dr Pauline Courtois-Amiot, gériatre de l’hôpital Bichat (Paris).
 
 

À LIRE AUSSI :

Dans la même catégorie