Dénutrition : comment redonner l’appétit aux personnes âgées ?

10 novembre 2021
Dénutrition : les solutions pour redonner l'appétit aux personnes âgées

Quelques idées pour redonner le goût de manger aux aînés, aussi bien à domicile qu'en hébergement collectif. © Loïc Trujillo / Petits Frères des Pauvres

articles les plus récents
  • 03 décembre 2021
    Ils se sont engagés pour briser l’isolement des aînés : 6 bénévoles témoignent
    Lire l'actualité
  • 02 décembre 2021
    Prime de Noël 2021, chèque énergie… : le point sur toutes ces aides apportées en fin d’année
    Lire l'actualité
  • 30 novembre 2021
    Noël : les Petits Frères des Pauvres repartent en campagne contre l’isolement des aînés
    Lire l'actualité
Voir tout

Perdre l’appétit et le plaisir de passer à table quand on est âgé en Ehpad ou même seul à domicile ? En France, 670 000 personnes âgées, à domicile comme en établissement, souffrent de dénutrition. À l’occasion de la semaine nationale de la dénutrition du 12 au 20 novembre 2021, voici les conseils des Petits Frères des Pauvres pour retrouver l’appétit et le goût de la vie !

Pas facile de manger seul devant son assiette. Quant aux repas dans certains Ehpad, parfois mixés pour gagner du temps, standardisés et sans saveurs pour respecter scrupuleusement les normes d’hygiène et de sécurité alimentaire… ils ne font pas envie. Conséquence : on estime qu’en France, 400 000 personnes âgées à domicile et 270 000 aînés en Ehpad seraient touchés par la dénutrition

Pour ces aînés, les effets peuvent être graves : perte de poids, diminution de la masse musculaire, baisse des défenses immunitaires mais surtout perte de l’envie de vivre voire premiers signes d’un possible syndrome de glissement.

Pour les Petits Frères des Pauvres, il est important de cultiver et de conserver le plaisir du goût et l’envie de manger avec joie tout au long de sa vie car le repas, ce n’est bien sûr pas que se nourrir !  

Les idées pour redonner du plaisir à table en hébergement collectif

En hébergement collectif, les Petits Frères des Pauvres recommandent de « Faciliter les repas en renforçant la présence du personnel à table ». En effet, il est important qu’une aide puisse être apportée à ceux qui en ont besoin (plutôt que de mixer un repas qui pourrait être pris normalement mais avec un peu plus de soutien). 

Au sein de nos établissements, nous veillons donc à ce qu’un membre de l'équipe soit présent à chaque table pour partager ce moment du repas, pour bavarder ou simplement être présent en silence sans être occupé à une autre tâche et, bien-sûr, également disponible pour aider les personnes lorsque c’est nécessaire.

Notre Association préconise aussi de « Favoriser la participation des résidents dans l’élaboration des recettes et des menus ». Ainsi, les aînés participent, via des commissions menus, au choix de leurs repas. Il n’est pas juste question d’éviter des allergies alimentaires mais bien de décider des recettes qui les réjouissent. Nous sommes également toujours très heureux lorsque des résidents se portent volontaires pour participer à l’élaboration des repas. 

Lorsque c’est possible, le fractionnement des repas est judicieux et utile pour les petits appétits. Enfin, nombreux sont les aînés qui réclament des petits plaisirs pour les repas et pas seulement des plats nutritifs… Très souvent, les demandes formulées sont simples et facilement réalisables : « Moi je suis obligée d’acheter des sardines en boite, du thon, des petites crevettes, des avocats. Ça me fait plaisir. Ici il y a rien. », regrettait ainsi une personne âgée interrogée dans le cadre de notre recueil « Paroles de résidents, Paroles de résistants » auquel participaient 97 personnes accompagnées par les Petits Frères des Pauvres qui vivaient en EHPAD.

Dénutrition : les solutions pour redonner l'appétit aux personnes âgées

Au sein des établissements des Petits Frères des Pauvres, nous sommes heureux lorsque les résidents participent à l'élaboration de leurs repas. © Pierre Toury / Petits Frères des Pauvres

Des idées pour retrouver l’appétit à domicile

Lorsque l’on passe toutes ses journées seul, on peut parfois perdre l’appétit et l’envie de préparer ses repas. On finit par ne faire que grignoter… Pourtant, il est conseillé de continuer à prendre trois repas par jour, même s’ils sont plus légers, selon le PNNS (Programme National Nutrition Santé). Si l’appétit n’est plus au rendez-vous pour terminer le repas par un fruit ou un laitage, on peut le prendre au goûter ou en collation. 

Dédier du temps à la confection de ses repas, se préparer pour aller au marché ou chez le primeur afin de choisir des produits frais, c’est également une manière de prendre soin de soi, de sortir et de continuer à cultiver des liens, mêmes ténus, avec les commerçants de son quartier.  

Du côté du PNNS, on explique qu’on peut parfumer ses plats avec des épices ou des herbes aromatiques et qu’il n’est pas nécessaire de supprimer « le sel de votre alimentation sauf si votre médecin vous l’a prescrit : cet ingrédient relève le goût des aliments. »

Enfin, il est possible de varier les modes de cuisson et les textures.

Et surtout, un repas paraît bien meilleur s’il est partagé ! Les Petits Frères des Pauvres incitent aussi toutes les personnes âgées isolées à s’inscrire auprès d’associations qui organisent des repas au sein d’un même quartier, de contacter le CCAS qui bien souvent propose des repas collectifs ou à se faire connaître de leurs voisins. L’idée ? Briser sa solitude, tisser du lien, s’ancrer dans son quartier et retrouver le goût des moments de partage, autour de sorties ou de repas !

 

 

À LIRE AUSSI :

Dans la même catégorie