Des vacances solidaires pour rompre l'isolement

23 août 2017
articles les plus récents
  • 26 novembre 2020
    C’est la 3e édition de Giving Tuesday en France, ce 1er décembre !
    Lire l'actualité
  • 24 novembre 2020
    La solitude des femmes âgées au cœur du film « Les Dames »
    Lire l'actualité
  • 19 novembre 2020
    Pour illuminer les fêtes de nos aînés, des enfants se mettent au dessin
    Lire l'actualité
Voir tout

Ils vivent à Nantes et sont en vacances à Clisson. Les séjours des petits frères des Pauvres sont souvent leurs seule occasion de partir entre amis pendant quelques jours.

 
« Depuis que je suis aux petits frères des Pauvres, j'ai rajeuni de 20 ans ! » Huguette, 78 ans, promène un léger accent du sud et sa joie rieuse. C'est la deuxième année qu'elle vient en vacances au VVF Henri IV de Clisson, avec les petits frères des Pauvres de Loire Chézine, à Nantes. « C'est la joie de vivre. On est un bon groupe. On se retrouve, on chante, on joue, c'est gai ! »
 
Ce vendredi matin, la pluie n'a pas permis au groupe de se rendre au marché. Qu'importe : « On a fait des jeux de société et j'ai tout gagné ! On n'a pas vu le temps passer », témoigne-t-elle.
 

Besoin de quelqu'un

Autour d'elle, cinq autres seniors font partie du voyage. Sept bénévoles des Petits frères les accompagnent. Chacun a son référent. « Les personnes ont souvent des problèmes de santé, elles ont besoin de quelqu'un pour se déplacer et les aider au quotidien », explique Jocelyne Sodoyer, la responsable du groupe.
 
Nicolas, 26 ans, vient de la Manche. Il accompagne le séjour à Clisson pour la seconde année. À Clisson, car les travaux de la maison des Petits frères de Vertou ne sont pas achevés. Cette expérience complète la formation qu'il entame pour devenir aide médico-psychologique. « Il faut avoir du recul par rapport aux difficultés des gens, mais c'est riche humainement. Et puis, si un jour je suis dépendant, j'aurai peut-être besoin d'aide. »
 

Visites régulières

Cet accompagnement rend possibles les sorties, les visites, sous réserve d'accessibilité aux personnes handicapées. « La plupart des personnes ne peuvent pas marcher longtemps. Elles se déplacent en fauteuil. » À défaut de pouvoir visiter le château de Clisson, le groupe est allé voir celui de Tiffauges et a assisté à la traite dans une chèvrerie. Dimanche, tous ont déjeuné au restaurant, en Vendée. « Sans les Petits frères, je ne ferais pas tout ça », admet Huguette.
 
Loin de ses six enfants, elle habite seule dans le quartier Zola, à Nantes. Elle passe une semaine par an chez une de ses filles, mais ce n'est pas le cas de tous. « Pour la plupart, ce sont leurs seules vacances. Les personnes sont d'ailleurs visitées régulièrement par nos bénévoles pour rompre leur isolement. »
 

Fruits de mer

Vies difficiles, problèmes de santé, rupture sociale, faibles revenus... Les seniors accompagnés par les Petits frères apprécient. Une fois par semaine, Huguette voit Annick et Axelle. « Très gentilles toutes les deux. Ça me permet de parler, car je suis très bavarde », reconnaît Huguette.
 
Ce vendredi midi à Clisson, tous sont à la table de Thierry, leur chef cuisinier. « J'essaie de leur faire plaisir, de leur proposer des choses qu'ils ne mangent pas chez eux. » Fruits de mer au menu : les résidents des Petits frères sont aux petits oignons.
 
 
Corinne Argentini
Source : Ouest France

Dans la même catégorie