Lutter contre l'isolement de nos aînés, c'est aussi lutter contre leur exclusion numérique

27 septembre 2018

Les Petits Frères des Pauvres publient une étude sur l’exclusion numérique des personnes âgées. © Fotolia.com

articles les plus récents
  • 19 avril 2019
    A quel âge devient-on vieux ?
    Lire l'actualité
  • 16 avril 2019
    Incendie de Notre-Dame de Paris : une vive émotion pour les Petits Frères des Pauvres
    Lire l'actualité
  • 15 avril 2019
    Grâce aux Petits Frères des Pauvres, une femme revoit sa famille pour la 1ère fois depuis 23 ans
    Lire l'actualité
Voir tout

L'enjeu de l’utilisation des technologies numériques par nos aînés va au-delà de leur capacité à être en lien avec leur entourage. Il en va de leur visibilité dans une société qui pratique trop souvent « la vieillophobie » et de leur place dans le débat public en tant que citoyen.

À l’occasion du 1er octobre, Journée internationale des personnes âgées, les Petits Frères des Pauvres alertent sur l'urgence de permettre à nos aînés de devenir des utilisateurs du numérique, vecteur de lien social.

27 % des 60 ans et plus n’utilisent jamais Internet, soit environ 4 millions de personnes – vs 12 % pour l’ensemble de la population française (Baromètre du numérique 2017). Une exclusion qui touche plus particulièrement les plus de 80 ans – soit plus d’1,7 million de personnes – et les personnes aux revenus inférieurs à 1 000 €. Mais 14 % des 60-70 ans sont aussi en situation d’exclusion numérique. Un chiffre important et inquiétant car ce groupe de non utilisateurs dans les tranches d’âge plus jeunes vient contredire l’optimisme ambiant qui laisse à penser que la fracture numérique générationnelle s’est résorbée naturellement.

Découvrez notre vidéo de sensibilisation

 

L’exclusion numérique de nos aînés est heureusement en forte régression avec 73 % d’utilisateurs alors qu’il y a 10 ans seulement 26 % des personnes âgées étaient connectés dont 14 % des plus de 70 ans (Baromètre du numérique 2008). Mais cette hausse importante ne doit pas occulter que le taux de non-utilisation d’Internet pour cette catégorie de la population est de 15 % supérieur à la moyenne des Français.

Par ailleurs, ceux qui n’utilisent pas Internet se retrouvent de plus en plus en situation d’exclusion face à la numérisation rapide de notre société, y compris pour les classes d’âge les plus jeunes comme les 60-69 ans, encore nombreux à être non-utilisateurs.

 

Extrait de l'étude 2018, CSA /Petits Frères des Pauvres. 

Les grands exclus du numérique sont davantage des femmes de plus de 80 ans, vivant seules, avec de faibles revenus. Des exclues qui sont très représentatives des personnes accompagnées par les Petits Frères des Pauvres. En 2017, l’Association a aidé 37 245 personnes dont 13 624 qui bénéficient d’un accompagnement dans la durée. Près de la moitié ont au moins 80 ans. 67 % sont des femmes. 78,6 % des personnes entrées en accompagnement en 2017 ont des ressources inférieures à 1 000 € mensuels (c’est-à-dire sous le seuil de pauvreté fixé à 1 015 €).

Le sentiment d’exclusion est d’ailleurs ressenti par près d’¼ des 60 ans et plus, y compris par des utilisateurs d’Internet pour qui l’utilisation peut faire prendre conscience de lacunes. Ce sentiment global d’exclusion touche toutes les catégories d’âge.

Le numérique vecteur de lien social

Quand j’entends la sonnette WhatsApp, ça y est je sais qu’il y a quelque chose.

Maria, 79 ans

L’exclusion numérique est devenue un facteur aggravant de l’isolement relationnel. Dans un contexte d’évolution des relations familiales liées notamment aux nouveaux modes de vie et aux mobilités économiques, Internet permet de maintenir des liens sociaux. En être privé est donc un facteur d’isolement.

Pour permettre à nos aînés de maintenir leurs liens sociaux grâce aux outils numériques et à Internet, les Petits Frères des Pauvres émettent 14 recommandations contre l'exclusion numérique des personnes âgées.

Dans la même catégorie