Mia, le chien qui aide les personnes âgées à sortir de leur isolement

17 juin 2019

Mia, 3 ans, est une bénévole engagée contre l'isolement des personnes âgées. © Sylvie L.

articles les plus récents
  • 11 septembre 2019
    Canicule : une surmortalité trop importante des personnes âgées
    Lire l'actualité
  • 04 septembre 2019
    Grâce au bénévolat, 36 035 personnes âgées ne sont plus isolées
    Lire l'actualité
  • 02 septembre 2019
    7 portraits inspirants qui bousculent les préjugés sur les personnes âgées
    Lire l'actualité
Voir tout

Depuis quelques années déjà, les bienfaits de la présence animale auprès des personnes vulnérables sont reconnus. Mia, une jeune chienne et sa maîtresse Sylvie, bénévole aux Petits Frères des Pauvres, ont apporté réconfort et joie aux personnes âgées isolées à Caussade (82).

Un regard pétillant, du poil aux pattes et une queue frétillante. C’est le portrait craché de Mia, bénévole Petits Frères des Pauvres d’un nouveau genre… Cette chienne de race border collie âgée de 3 ans visite des personnes âgées isolées à domicile ou en Ehpad à Caussade, dans le Tarn-et-Garonne. Depuis 2 ans, avec sa maîtresse Sylvie, elle illumine la journée de ceux qui ne souriaient plus et fait parler les plus mutiques d’entre eux… 

Sortir de l’isolement grâce à un chien

Alain, 64 ans, dialysé et diabétique, n’osait plus sortir de chez lui depuis son amputation. Il se terrait dans son mutisme et ne parlait qu’à 2 bénévoles qui le connaissaient depuis longtemps. Mais lorsque Sylvie et Mia débarquent pour la première fois dans son salon, c’est la révélation : « il m’a accueilli avec un grand sourire », se remémore-t-elle. 
« J’ai une communication naturelle avec les chiens car j’ai passé toute ma vie avec eux. Avec Mia, le contact a été immédiat. Elle m’apporte de la joie et de la détente », confirme Alain.

Un chien vous accepte comme vous êtes et ne porte pas de jugement. Il est toujours dans l’attente de vous faire plaisir et s’adapte à chacun !

 

Au Réveillon organisé par les Petits Frères des Pauvres de Caussade, habituellement boudé par Alain, il accepte de se déplacer sous la seule condition que Mia soit présente. « C’était tellement fort qu’il veuille bien sortir de son apathie pour Mia ! » fait remarquer Sylvie.

Même son de cloche pour Monique, 78 ans, qui vit depuis 3 ans en Ehpad. « Elle était très renfermée et ne voulait plus sortir de sa chambre lorsque je l’ai connue. Maintenant, elle sort dans le parc pour accompagner Mia ».

Pour Sylvie, ces métamorphoses soudaines sont dues à la simple présence de Mia : « un chien vous accepte comme vous êtes et ne porte pas de jugement. Il est toujours dans l’attente de vous faire plaisir et s’adapte à chacun ! »

Un chien libère la parole

Mia veille sur la balade des personnes âgées accompagnées par les Petits Frères des Pauvres du Caussade. © Sylvie L.

Mia permet de déclencher une réaction, qui va ensuite faciliter la démarche de Sylvie pour des discussions et confidences… « J’ai connu Robert avant l’Ehpad. Maintenant qu’il n’a plus ses chiens avec lui, Mia lui permet de se remémorer des bons souvenirs. Il peut aussi se confier à moi sur la culpabilité qu’il ressent d’avoir dû les placer », explique la bénévole.

Les animaux, alliés de l’accompagnement des Petits Frères des Pauvres

Conscients de l’importance du lien affectif et des bienfaits apportés par les animaux, les Petits Frères des Pauvres acceptent les animaux des personnes hébergées dans nos établissements. Des ateliers de médiation animale sont également organisés. Enfin, certains bénévoles, comme Sylvie, constituent aussi des binômes avec leur chien pour visiter les personnes âgées isolées. « Ma chienne est un bol d’air pour elles. Les personnes âgées oublient tous leurs maux l’espace d’un moment car elles se concentrent sur Mia. Elles ne pensent qu’au plaisir et à la détente », résume-t-elle. 

Les personnes âgées oublient tous leurs maux l’espace d’un moment

« Il y a une différence entre la visite des animaux et la zoothérapie. Bien sûr, la visite fait du bien aux personnes âgées. Mais en zoothérapie, il y a des objectifs thérapeutiques précis avec les patients », précise François Beiger, fondateur et directeur de l’Institut Français de Zoothérapie.

« La zoothérapie a des effets sur la mémoire, l’orientation, la motricité, la dépression, les angoisses ou encore la solitude », décrit-il.

>> Et vous, que pensez-vous de cette initiative ? Répondez-nous sur Facebook.

Dans la même catégorie