Morts solitaires de personnes âgées seules chez elles : un bilan glaçant en 2022

16 janvier 2023
Morts solitaires : un bilan glaçant en 2022

En tout, une dizaine de cas médiatisés de morts solitaires ont été recensés par les Petits Frères des Pauvres en 2022. © Yermakova Iryna / Shutterstock.com

articles les plus récents
  • 17 janvier 2023
    Le Kodokushi : le phénomène de la mort solitaire au Japon
    Lire l'actualité
  • 16 janvier 2023
    Morts solitaires : comment en arrive-t-on là ?
    Lire l'actualité
  • 12 janvier 2023
    Nos plus belles actions en faveur des aînés isolés en 2022
    Lire l'actualité
Voir tout

Retrouvées mortes seules chez elles des semaines, des mois ou des années après leur décès, des personnes âgées ont été une dizaine à mourir dans la plus grande solitude cette année. Les Petits Frères des Pauvres, en l’absence de statistiques officielles, recense les « morts solitaires » médiatisées et alertent sur ce phénomène dramatique.

« Encore un drame de la solitude », c’est souvent par cette dénomination qu’est désigné dans la rubrique faits divers des journaux le décès d’une personne âgée morte seule chez elle et retrouvée longtemps après… En l’absence de statistiques publiques, les Petits Frères des Pauvres ont décidé de recenser eux-mêmes les cas médiatisés de « morts solitaires ». Au total en 2022, on dénombre une dizaine de personnes âgées retrouvées mortes à leur domicile plusieurs semaines, mois, voire années après leur décès. La dernière en date, une femme de 75 ans, a été retrouvée morte dans son appartement 3 ans après son décès le 31 décembre 2022.

Parmi elles, on compte donc cette année 14 personnes âgées de 62 à 93 ans dont huit hommes. Elles ont été retrouvées entre 15 jours et trois ans après leur décès. 11 vivaient en appartement. Dans la plupart des cas, il s’agissait de personnes âgées qui n’étaient pas ou peu identifiées par les services sociaux, de personnes en rupture qui pouvaient refuser de l’aide, avec des parcours de vie complexes semés d’embûches et de fragilités.

La mort solitaire, conséquence extrême de l’isolement

Pour les Petits Frères des Pauvres, ces morts solitaires et invisibles sont le témoin de l’isolement le plus extrême. Sans liens avec leur famille, amis, tissu associatif ou le voisinage, ces personnes âgées sont en situation de « mort sociale » et meurent seules… 

Alors que la réalité est probablement sous-estimée, notre Association estime qu’il est urgent de mettre en place des solutions pour maintenir ou restaurer le lien social avec les aînés les plus isolés et prévenir ces morts indignes

Chaque citoyen, en tant que voisin, peut veiller aux aînés dans son immeuble ou dans son quartier : voici 4 bons gestes pour éviter un drame.

Quant aux pouvoirs publics, professionnels du social et du médico-social mais aussi tous ceux qui sont en mesure de repérer ces situations extrêmes d’isolement, bailleurs, commerçants, artisans, associations au sein de leurs quartiers, une meilleure coordination de ces acteurs serait appréciable. 

 

 

À LIRE AUSSI :

Dans la même catégorie