Témoignage

Bernard : « à Solitud'écoute, nous offrons un dialogue »

26 janvier 2010
Solitud'écoute Petits Frères des Pauvres

Une écoute bienveillante par téléphone. © Hugues Arbellot

Derniers témoignages
  • Lucette, 84 ans, a réalisé son rêve avec les Petits Frères des Pauvres : dormir dans un château

    J'ai le sentiment que ce séjour me prouve que la vie est belle

    Lire le témoignage
  • Déconfinement : Christiane, 73 ans, « j’ai plutôt peur de sortir »

    J’ai plutôt peur de sortir…

    Lire le témoignage
  • Yolande, 93 ans, déplore que « les personnes âgées soient infantilisées »

    Je suis en colère parce que j’ai l’impression que les personnes âgées, on les considère comme des personnes vulnérables. ​

    Lire le témoignage
Voir tout

Bernard, bénévole pour la plateforme téléphonique Solitud'écoute des Petits Frères des Pauvres, évoque son expérience et les situations qu'il rencontre.

La permanence téléphonique se tient tous les jours de l'année, de 15 à 18h. Nous sommes évidemment plusieurs à nous relayer. Le téléphone sonne souvent !

Mercredi dernier, j'avais à peine raccroché, le temps de faire une petite pause et hop : un nouvel appel arrivait. Il y a beaucoup de personnes âgées qui se sentent seules, sans “utilité” sur terre ! Nous leur accordons tout le temps nécessaire.

Les personnes qui nous appellent ont en général plus de 50 ans. Elles éprouvent souvent un grand désarroi. Elles rencontrent des problèmes de santé, elles se retrouvent seules, les liens avec leurs familles ou leurs amis de jeunesse se sont distendus…

Un dialogue, un partage

Ce sont la plupart du temps des appels au secours moral. Nous essayons alors, au début de la conversation, de comprendre ce qui est douloureux pour elles et nous en parlons, très simplement. Nous partageons un moment de leur vie… nous faisons tout pour qu'à la fin de la discussion la personne au bout de la ligne se sente rassurée, rassérénée et pourquoi pas réjouie… mais nous ne faisons que de l'écoute, nous ne donnons pas de solutions.

Face à cette solitude, à ce profond ennui – parfois à l'envie “d'en finir” avec la vie – nous opposons un dialogue, un partage : de la vraie solidarité. J'ai alors le sentiment d'avoir rendu service, ce qui est énorme pour moi. 

>> En savoir plus sur Solitud'écoute

Autres témoignages