Témoignage Lille | En savoir plus sur : L'équipe locale

Yannis, 17 ans : « Mon bénévolat aux Petits Frères des Pauvres m’apprend à mieux considérer nos aînés. »

17 avril 2023
Yannis jeune bénévole des Petits Frères des Pauvres à 17 ans

Yannis, jeune et engagé contre l'isolement des personnes âgées. © Raphaëlle Trecco / Petits Frères des Pauvres

Derniers témoignages
  • Le joli geste de Sylvie, bénévole, qui a invité une personne âgée seule pour Noël

    « À Noël, c’est essentiel d’être avec les gens qu’on aime mais c’est aussi important de partager avec les gens qui sont seuls. »

    Lire le témoignage
  • Louise, 88 ans : « J’ai connu les Petits Frères des Pauvres parce que j’étais seule à Noël »

    « J’ai connu les Petits Frères des Pauvres parce que j’étais seule à Noël »

    Lire le témoignage
  • À 81 ans, cette bénévole depuis 20 ans a décidé d’accompagner des personnes détenues

    « La richesse humaine, c’est ce qu’il y a de plus important, surtout à mon âge ! »

    Lire le témoignage
Voir tout

Yannis est l’un des plus jeunes bénévoles des Petits des Pauvres. C’est sa maman, Naïma, Responsable d’Equipe Bénévole à Lille Fives (59) qui lui a un peu transmis son engagement pour la lutte contre l’isolement des aînés. Et depuis, Yannis donne beaucoup de son temps aux personnes âgées. Rencontre.

Au sein de l’équipe de Lille Fives, on peut retrouver Naïma, responsable de l’équipe… et Yannis, son fils. Tous les deux, y consacrent désormais beaucoup de temps. « Maman me parlait beaucoup de son bénévolat aux Petits Frères des Pauvres depuis un an et je l’accompagnais de temps en temps lors des visites des aînés qu’elle accompagne avec qui le feeling passait bien. Je suis assez curieux, ça me plaisait donc je me suis engagé comme bénévole. », relate-t-il.

À 17 ans, avec l’autorisation de ses parents, Yannis a vraiment souhaité s’impliquer comme il le pouvait : « je viens aux goûters collectifs du vendredi, je passe l’après-midi avec les personnes accompagnées, on fait des jeux, on discute ensemble. Je viens dès que je peux car je suis encore au lycée. »

D’ailleurs, à l’été 2022, il a même participé à son premier séjour de vacances avec l’Association au sein de la maison Maris Stella à Wissant (62) : « on a fait des activités, c’était sympa. Il y a quelques aînés que je connaissais déjà. Cela m’a permis de les découvrir dans un autre cadre et plus en profondeur. Les personnes accompagnées sont très reconnaissantes. »

Grâce à son bénévolat avec les aînés, une autre vision de la vie

Yannis jeune bénévole des Petits Frères des Pauvres à 17 ans

Yannis à son premier séjour de vacances avec des personnes âgées à Wissant. © Raphaëlle Trecco / Petits Frères des Pauvres

Pour tous les jeunes (et moins jeunes) bénévoles qui rejoignent les Petits Frères des Pauvres, l’expérience des aînés est vécue comme très enrichissante. C’est aussi le cas de Yannis, qui à 17 ans, se nourrit de cette différence d’âge ! « Le contact avec les personnes âgées, ça m’apporte beaucoup parce qu’il y a plein de choses qu’on découvre avec elles, des choses dont on ne se doute pas. Ça m’apporte une vision plus large dans ma vie et dans mon quotidien. J’ai par exemple compris qu’on n’a pas tous les mêmes aspirations, les mêmes centres d’intérêts. Au final, on est tous très différents et on est chacun dans notre bulle. Être au contact d’aînés, ça permet une certaine ouverture d’esprit. »

Être au contact d’aînés, ça permet une certaine ouverture d’esprit. 

D’ailleurs, pour notre jeune bénévole, il est plus facile de créer du lien avec une personne de 80 ans qu’avec un jeune de son âge… « Finalement, le contact est plus simple qu’avec des personnes de mon âge. Le contact se fait assez vite, ils ont toujours plein de choses à raconter. Il y a juste à partager finalement, ça ne m’a posé aucune difficulté la différence d’âge. »

Encore des hésitations à rejoindre l’aventure en tant que bénévole ? Yannis a de quoi convaincre ! Pour lui, son bénévolat a carrément changé sa vision de la vie… « Mon bénévolat aux Petits Frères des Pauvres m’apprend à mieux considérer nos aînés. Lorsque je prends le métro désormais, je me rends compte qu’ils font finalement partie de mon quotidien, je les vois désormais. Il n’y a rien à perdre mais tout à gagner de s’engager en tant que bénévole aux Petits Frères des Pauvres. C’est un petit peu de notre temps et pour eux, ça leur apporte beaucoup ! »

 

 

À LIRE AUSSI :

Autres témoignages