Personnes malades ou fin de vie

Prendre conscience de l'imminence de la mort peut être angoissant pour les personnes âgées ou touchées par une maladie grave. Les personnes, d'autant plus si elles sont en situation d'isolement, peuvent ressentir le besoin de donner un sens à ce qu'elles vivent, de relire leur vie et parfois de transmettre. C'est pourquoi des équipes bénévoles des Petits Frères des Pauvres sont spécifiquement formées pour entourer les personnes en fin de vie et leur permettre de vivre cette période dans la dignité.

Les conditions actuelles des prises en charge des situations de fin de vie sont alarmantes : une personne sur deux aujourd'hui meurt à l'hôpital, le plus souvent dans une solitude totale, 700 lits seulement sont dédiés aux soins palliatifs alors qu'au moins 10 000 personnes devraient en bénéficier, les soignants sont insuffisamment formés à l'accompagnement des patients en fin de vie, les prises en charge adaptées sont rares et la Loi Léonetti relative aux droits des malades peu connue. Il s'agit donc d'un enjeu de santé publique et les leviers d'action doivent agir aussi sur les mentalités qui n'aiment ni la vieillesse, ni la mort.

Initiée à Paris il y a 30 ans, l'action d'accompagnement des personnes malades et en fin de vie s'organise autour de 4 axes :

  • Assurer et développer la présence de bénévoles des Petits Frères des Pauvres auprès de personnes confrontées à la maladie grave, à la mort, dans leurs différents lieux de vie et de soins. Accompagner en priorité ceux qui en ont le plus besoin du fait de leur isolement social, de leur souffrance physique et psychique, de la précarité de leurs conditions de vie ;
  • Mener des actions de sensibilisation et de formation auprès des bénévoles, des partenaires et du grand public pour développer la pratique de l'accompagnement des grands malades ;
  • Jouer dans le champ social et plus spécifiquement dans le secteur de la Santé un rôle de témoignage, d'alerte et de proposition ;
  • Initier et participer à des actions de recherche et d'innovation pour susciter et soutenir les initiatives visant à améliorer la qualité de vie des personnes gravement malades.

Le cas spécifique de l'accompagnement des malades détenus

En 2002, une équipe de bénévoles Petits Frères des Pauvres s'est constituée pour instaurer l'accompagnement de personnes détenues malades ou en fin de vie, à l'hôpital national pénitentiaire de Fresnes. En tant que bénévoles en prison, les équipes sont dans l'écoute, hors de tout jugement et contre la marginalisation des personnes détenues en fin de vie.
Aujourd'hui, les équipes s'agrandissent avec des projets à Paris (La Pitié) et Lyon.
>> En savoir plus avec les témoignages de nos bénévoles : Jean-Frédéric et Delphine.