Chaque mois, 2 cas de morts solitaires en moyenne en France : que faire ?

29 janvier 2024
Bilan morts solitaires 2023

En 2023, une vingtaine de personnes âgées ont été retrouvées mortes chez elles un certain temps après. © Pinglabel / Shutterstock.com

articles les plus récents
  • 21 février 2024
    Grandpa Core : la grande tendance 2024 qui remet les vieux au goût du jour
    Lire l'actualité
  • 14 février 2024
    Saint-Valentin : les conseils d’amour des aînés
    Lire l'actualité
  • 08 février 2024
    Grâce à vous, Bernard, 75 ans, a pu recevoir un vélo tout neuf
    Lire l'actualité
Voir tout

Depuis 2022, les Petits Frères des Pauvres dressent un bilan annuel des morts solitaires relayées dans les médias, en l’absence de statistiques officielles sur le sujet. En 2023, plus de 20 personnes âgées sont mortes seules et ont été retrouvées des semaines, des mois voire des années après. Comment peut-on prévenir ces drames de la solitude ?

Un corps retrouvé momifié, des semaines ou des mois après le décès de la personne. C’est malheureusement ce qui arrive à une vingtaine de personnes âgées chaque année en France, d’après notre recensement annuel (bilan des morts solitaires, janvier 2024, Petits Frères des Pauvres).

Ces morts solitaires sont la conséquence la plus extrême de l’isolement croissant des personnes âgées, tout particulièrement de celles en situation de « mort sociale », sans liens avec famille, amis, voisinage ou tissu associatif.

Pour notre Association, il est essentiel d’alerter sur ces drames silencieux mais surtout d’inciter à recréer du lien social. Les Petits Frères des Pauvres incitent également les pouvoirs publics, aux échelles nationales comme territoriales, à mener une politique préventive beaucoup plus ambitieuse de lutte contre l’isolement des personnes âgées. 

Enfin, nous lançons un appel pour un recensement national des morts solitaires en France : soyez nombreux à le signer !

Le profil de ces morts solitaires

Dans la plupart des cas cités dans la presse, les personnes âgées mortes dans l’indifférence avaient peu de liens familiaux ou amicaux. Qu’elles aient coupé volontairement le contact ou non, elles vivaient dans la solitude et personne ne s’inquiétait de leur sort. 

On observe qu’il s’agissait souvent de personnes âgées peu connues des services sociaux, en rupture avec la société ou avec des chemins de vie complexes. Elles étaient aussi parfois en refus d’aide.

« Ce n’est pas sa famille qui l’a abandonné », tient ainsi à préciser le frère d’un sexagénaire retrouvé plusieurs mois après son décès au Mans. « C’est lui qui a coupé tous les contacts. Avec lui, on était dix enfants. Il a coupé le contact avec ses trois filles. », indique-t-il à Actu Le Mans (20/10/2023).

Pour autant, dans tous les exemples relatés par les médias, quelqu’un finit par s’inquiéter… Un propriétaire qui ne reçoit plus le loyer, un syndic qui ne perçoit plus les charges ou encore des voisins qui finissent par signaler une absence prolongée.

« Je ne le voyais plus. Les voisins m’ont dit qu’ils n’avaient pas de nouvelles non plus. Je me suis dit : soit il est parti voir de la famille, soit il est hospitalisé. », relate Clémence, une voisine de ce sexagénaire du Mans à France Bleu. Tandis qu’un autre voisin, Rémy, assure : « Je ne comprends pas ! Souvent, je passais à côté et je frappais “Jacky ! Jacky !” et puis il ne répondait pas ».

Peut-on prévenir ces morts solitaires ?

Si les voisins de Jacky ont tenté d’avoir de ses nouvelles et entretenaient avec lui des relations cordiales, comment est-il possible que sa mort soit passé inaperçue ? Et surtout, comment prévenir d’autres drames ?
 
« Ce qui est le plus inquiétant pour moi, c’est que personne n’a demandé de ses nouvelles. Je trouve ça triste et aberrant de mourir seul », regrette Clémence. « C’était un petit papy. Ça aurait pu être notre petit papy. Mais je pense qu’il avait peut-être un mal-être, besoin d’aide, et qu’on n'a peut-être pas vu au final », admet-elle à France Bleu.
 
Idem du côté de Chéniers, où un homme de 85 ans a été découvert mort six mois après, dans un appartement qu’il louait juste au-dessus de la mairie. « Quand on sait que des personnes n'ont pas de lien, on s'en inquiète plus », explique le maire à La Montagne.fr (23/01/2023). Le sachant isolé, la mairie avait déjà fait intervenir les pompiers un an auparavant. « On l'avait retrouvé en train de regarder la télé sur son canapé. » et à nouveau le 12 janvier 2023, découvrant cette fois-ci le cadavre du monsieur…
 
Pour éviter ces morts solitaires, il est essentiel de bien se connaître entre voisins. « Si on veut éviter de tels drames, il est important d’avoir des bases "cordiales" qui permettraient peut-être déjà de savoir qui sont nos voisins car très souvent nous ne les rencontrons jamais. », affirme Sabrina Lalaoui, coordinatrice de l’équipe Accompagnement vers le Logement des Petits Frères des Pauvres à Marseille (13).
 
Dans la même lignée, prenez des nouvelles régulièrement de vos voisins mais aussi de vos proches. Personne ne pourra malheureusement empêcher un décès de survenir, néanmoins il est à la portée de tous d’éviter ce drame de la solitude. 
 
Enfin, veillez à ces signes qui doivent vous alerter :
  • Des volets qui restent fermés
  • Une absence de bruits
  • Une longue absence de ce voisin
  • Une odeur forte se dégageant de son appartement
  • Sa boîte aux lettres qui déborde

Que faire si on soupçonne que son voisin est mort seul chez lui ?

Dans un premier temps, après avoir repéré ces quelques indices, tentez de frapper directement à sa porte ou d’y laisser un mot pour voir s’il est récupéré.
 
Si vos doutes sont confirmés, n’hésitez pas à passer un appel aux sapeurs-pompiers ou à la gendarmerie pour leur expliquer la situation afin qu’ils dépêchent une équipe qui permettra de procéder à l’ouverture de la porte et de vérifier l’état de santé de la personne.
 

À LIRE AUSSI :

Dans la même catégorie