5 idées pour booster la fin de carrière des seniors

20 septembre 2023
Seniors travail : booster sa fin de carrière

5 pistes pour booster la fin de carrière des salariés âgés. © Halfpoint / Shutterstock.com

articles les plus récents
  • 13 juin 2024
    De grandes avancées contre les maltraitances des personnes âgées : on fait le point
    Lire l'actualité
  • 10 juin 2024
    Cet été, 1200 personnes âgées vont profiter des bienfaits du sport avec nos Old’ympiades
    Lire l'actualité
  • 02 mai 2024
    Près de Nantes (44), une belle rencontre pour célébrer les liens entre générations
    Lire l'actualité
Voir tout

Si la France fait encore figure de mauvaise élève avec un taux d’emploi des 55-64 ans plutôt bas par rapport à la moyenne européenne, la récente réforme des retraites devrait pousser les entreprises à accompagner davantage les seniors dans leur fin de carrière.

Les seniors au travail, une problématique ou une chance ? Jusqu’ici, de nombreux préjugés ont tôt fait de ranger les 55-64 ans dans la première catégorie… Pourtant, une fois l’âgisme dépassé, les entreprises ont plutôt tout intérêt à intégrer davantage les seniors au centre de leur politique RH.  
 
« Les seniors souffrent souvent de préjugés et d’idées reçues lorsqu’il est question d’emploi. (…) C’est aux entreprises de faire passer le message : c’est une richesse d’avoir une équipe mixte et multigénérationnelle, capable de capitaliser sur l’expérience des anciens ! », clame l’économiste Hippolyte d’Albis, dans un article issu du blog Open travail LAB (et qui interviendra prochainement dans la saison 2 de notre podcast Même pas Mort !).
 
Bien entendu, il n’est pas question de nier les effets du vieillissement sur les salariés âgés, d’autant qu’ils peuvent avoir des besoins spécifiques (tout comme les jeunes parents, d’ailleurs), sur les questions de la pénibilité, de la flexibilité du travail ou de la formation. 
 
Pour notre économiste, il est par exemple nécessaire de renforcer la formation continue des salariés, de développer le travail à distance (qui réduit les déplacements quotidiens ou l’exposition au bruit, sources de fatigue) ou encore de penser aux emplois post-carrière qui permettent une transition douce avant la retraite complète. 
 
Voici également quelques pistes pour redonner une seconde jeunesse à la carrière des salariés âgés :

1- Le tutorat pour faire bénéficier un jeune de son expérience

Quoi de plus gratifiant que de transmettre à un jeune son expérience et son amour du métier ? Le rôle de tuteur consiste à accompagner un alternant ou un apprenti au cours de sa formation et à l’aider à acquérir de nouvelles compétences pratiques. Cela permet au salarié expérimenté de renouveler ses missions mais aussi d’adapter son management aux nouvelles générations et à créer du lien avec des jeunes
 
En France, le dispositif a du succès : près d’un million de jeunes étudient désormais en alternance en 2023.

2- Le mentorat pour offrir son expertise

Un peu comme Yoda et son cher Luke, ou plus récemment le petit Harry Potter avec Dumbledore, le mentor va transmettre ses connaissances, sa « sagesse » et son expertise à son mentoré. Il n’y a pas d’âge pour être mentor, mais dans le milieu du travail, les mentors sont particulièrement utiles pour intégrer les nouveaux employés, transmettre des compétences spécifiques à des prestataires ou aider une personne dans une phase professionnelle difficile.
 
Cette mission, occupée volontairement et gracieusement, repose sur une relation de confiance entre les deux personnes. Le binôme tirera des bienfaits de cette expérience propices aux échanges, réflexions et partages de compétences.
 
Un sondage Ipsos pour Article 1 réalisé en 2021 montrait que 8 Français sur 10 trouvaient le mentorat utile et 66 % souhaiteraient que leur entreprise propose du mentorat.

3- Le mécénat de compétences pour découvrir de nouveaux horizons

Témoignage de Carole en mécénat de compétences

Carole a bénéficié d'un aménagement de fin de carrière et a choisi le mécénat de compétences. © Carole A.

Plusieurs dispositifs existent pour aménager sa fin de carrière et s’offrir une transition douce vers la retraite ou même une reconversion si c’est ce que l’on souhaite. Pour cela, certaines entreprises proposent à leurs salariés le mécénat de compétences
 
Les Petits Frères des Pauvres accueillent des mécènes de compétences sur des missions longues (généralement entre 1 an et 3 ans) et leur permettent de découvrir de nouvelles missions, un nouveau public et de créer des liens… Plusieurs missions sont à pourvoir en 2023, renseignements auprès de notre Pôle Bénévolat et Engagements.
 
Cela a été le cas de Pascal, à Lille (59) ou de Carole, mécénat de compétences à Antibes (06). « Professionnellement, ça m’a fait redécouvrir un public (les personnes âgées) dont je m’occupais peu. J’avais en face de moi des salariés qui avaient parfois besoin de conseils pour leurs parents en maison de retraite ou parce qu’ils étaient devenus proches aidants par exemple. Je suis donc très heureuse de continuer à pouvoir faire ça et je trouve ça intéressant de pas se scléroser aussi, parce qu’on apprend toujours. », explique Carole.

4- Le temps partiel senior pour une transition douce vers la retraite

Travailler moins en fin de carrière, tout en limitant la perte de revenus, c’est désormais possible pour tous avec la réforme des retraites qui vient d’être votée.
 
Ainsi, le temps partiel doit être compris entre 40 % et 80 % de l’ancien temps plein et les revenus seront versés par les régimes obligatoires. 
 
Il permet parfois d’effectuer une mission, comme un mécénat de compétences. Pascal, ancien commercial chez Orange, a pu bénéficier de ce dispositif pour venir chez les Petits Frères des Pauvres de Lille (59) : « Orange m’a proposé de partir en douceur. J’étais sur la fin de ma carrière, un peu dépassé par les évènements et puis je commençais à en avoir marre de la pression des chiffres… donc j’ai eu cette possibilité-là de partir tranquillement, de travailler à 50 %, d’être rémunéré par Orange mais en même temps, je voulais continuer à avoir une activité de terrain. ».

5- Une reconversion pour se lancer dans une nouvelle vie ?

Henry Ford avait 45 ans lorsqu’il a présenté le Ford Model T, le modèle qui propulserait sa carrière… et John Pemberton avait 55 ans lorsqu’il a créé la boisson la plus célèbre du monde : le Coca-Cola. Autrement dit, il n’y a pas d’âge pour se lancer dans un nouveau projet et tourner une page de son histoire. 
 
Souhait de réaliser un projet de longue date, envie de renouveler ses compétences ou encore de retomber sur ses pattes après un licenciement ou un chômage longue durée… les raisons de se former sont diverses et sont encouragées par plusieurs dispositifs.
  • Compte personnel de formation (CPF)
Comme tout actif, les seniors disposent d’un CPF qu’ils peuvent librement utiliser pour se former. À noter, des dispositions particulières pour les seniors inscrits à Pôle emploi et âgés de 50 à 54 ans à la date de fin de leur contrat de travail permettent d’abonder leur CPF des heures complémentaires nécessaires au projet de formation identifié, dans la limite de 7 500 euros.
  • Conseil en évolution professionnelle
Ce dispositif gratuit et personnalisé permet de faire le point sur votre projet d’évolution professionnelle. Il vous permettra de clarifier votre situation et d’être aidé pour la formalisation de votre projet.
  • Reconversion ou promotion par l'alternance (Pro-A)
Cette offre, principalement destinée aux personnes dont qualification est insuffisante au regard de l’évolution des technologies ou de l’organisation du travail, rend possible la formation par alternance
  • Projet de transition professionnelle (PTP)
Le projet de transition professionnelle (PTP), ex-Cif, permet au salarié de s'absenter de son poste pour suivre une formation destinée à lui permettre de changer de métier ou de profession. Ouvert sous conditions et accordé sur demande à l'employeur, il donne lieu à une rémunération pendant toute la durée de la formation.
  • Les aides de Pôle Emploi
Au même titre que les autres salariés privés d’emploi, les salariés seniors inscrits à Pôle emploi peuvent bénéficier de formations pour se mettre à niveau des compétences demandées par une entreprise ou un secteur d’activités (PMSMP, POEI, POEC).
 

À LIRE AUSSI :

Dans la même catégorie