Bénévole en milieu carcéral : une aventure humaine hors du commun

15 octobre 2015
articles les plus récents
  • 04 juin 2020
    #PlusJamaisInvisibles : un mouvement pour que nos aînés ne retombent pas dans l’oubli
    Lire l'actualité
  • 04 juin 2020
    Covid19 : nos aînés pessimistes sur la poursuite de l’élan de solidarité post-crise
    Lire l'actualité
  • 04 juin 2020
    Selon notre rapport inédit, 720 000 personnes âgées n'ont eu aucun contact avec leur famille durant le confinement
    Lire l'actualité
Voir tout

Depuis 2002, en partenariat avec la Direction de l'Administration pénitentiaire, une équipe de bénévoles des petits frères des Pauvres accompagnent des personnes âgées isolées, handicapées, gravement malades ou en fin de vie. En milieu carcéral, les besoins de maintien ou de restauration des liens humains avec la société sont importants.

La présence bénévole auprès de personnes détenues s’exerce actuellement  au sein de : L’Etablissement Public de Santé National de Fresnes (EPSNF) L’Unité Hospitalière Sécurisée Interrégionale (UHSI) de l’hôpital La Pitié Salpêtrière, qui prend en charge l’hospitalisation de personnes sous main de justice.  Mais la démarche du prendre soin citoyen ne concerne pas exclusivement les personnes gravement malades ou en fin de vie. La Convention nationale permet aussi une mobilisation des bénévoles sur tout le territoire. Objet de la Convention Visiter des personnes âgées isolées, vieillissantes ou handicapées dans les établissements pénitentiaires de toutes régions françaises, et organiser dans la mesure du possible des animations (conviviales, culturelles, etc) pour restaurer ou maintenir leurs liens avec la société civile.  Participer à l’accompagnement des personnes gravement malades et/ou en fin de vie placées sous main de justice, en détention comme en milieu ouvert, présentes dans les établissements pénitentiaires, dans les UHSI (*),  ainsi qu’au sein de l’Etablissement Public National de Santé de Fresnes. Au sein des établissements pénitentiaires et des UHSI, cet accompagnement est initié et régulé par les services pénitentiaires, en étroite relation avec les équipes médicales et soignantes intervenant en détention. Dans certains cas, si cela s’avère possible et nécessaire, un accompagnement bénévole peut également concerner la famille ou les proches des personnes placées sous main de justice gravement malades et/ou de fin de vie. Poursuivre l’accompagnement à l’extérieur de la prison de ces publics, dans le cadre d’une mesure de suspension de peine pour raisons médicales ou de libération conditionnelle médicale. Cet accompagnement extérieur peut se concrétiser par l’accueil de ces personnes dans un lieu d’hébergement appartenant à l’Association, qu’elle met à disposition des intéressés.   (*)  Les 8 UHSI (Unités Hospitalières Sécurisées Interrégionales), où les personnes détenues sont hospitalisées, dans l’application des règles de détention et de sécurité, sont : . dans les Centres Hospitaliers Universitaires (CHU) de Bordeaux, Lille, Nancy, Rennes, Toulouse, . aux Hospices Civils de Lyon, . à l’Assistance Publique de Marseille, . à l’Assistance Publique des Hôpitaux de Paris (AP-HP) de La Pitié-Salpêtrière. Les bénévoles qui s’investissent tout au long de l’année à l’EPSNF, et à l’UHSI de l’hôpital de la Pitié Salpêtrière. Bernard, Delphine, Isabelle, Nathalie, Philippe, Pierre, Thérèse et Yves accompagnent de leurs vœux le développement de ce bénévolat dans toutes les régions, pour que se developpe « cette aventure humaine hors du commun ». Communication Equipe d’Action Spécifique Accompagnement des Personnes Malades

Dans la même catégorie