Lutte contre les maltraitances

En accompagnant plusieurs milliers de personnes âgées souffrant d’isolement, de précarité, de maladies graves, les Petits Frères des Pauvres rencontrent régulièrement des situations de maltraitance. 

Qu’est-ce que la maltraitance ? 

La maltraitance se définit comme une violence, se caractérisant par tout acte ou omission commis par une personne s’il porte atteinte à la vie, à l’intégrité corporelle, psychique, à la liberté, compromet gravement le développement de sa personnalité et/ou nuit à sa sécurité financière (selon la définition du Conseil de l’Europe, 1987). 
 
Dans la maltraitance, il y a bien souvent un rapport de pouvoir : l’agresseur a le dessus sur sa victime, trop faible, dépendante ou effrayée pour réagir et se défendre. 
Les actes de maltraitance peuvent venir de la famille, de proches, du voisinage ou encore du personnel soignant. Ils peuvent avoir lieu aussi bien à domicile que dans lieux de vie ou les centres de soins. Parfois, il arrive que certains actes de maltraitance soient involontaires, et proviennent de la fragilité, des pertes de capacités, de l’état de la santé de la personne, d'un manque d’information. Ainsi, ces facteurs cumulés engendrent des situations difficiles pour les aidants qui peuvent se trouver en état d'épuisement.
 
La maltraitance est punie par la loi, selon la situation et les situations aggravantes qui sont décrites (violences, négligences, abandon de la personne). Par exemple, l’article 434-3 du code pénal prévoit une peine de trois ans d’emprisonnement et 45 000 euros d’amende pour la personne qui n’aurait pas informé les autorités judiciaires ou administratives alors qu’elle a eu connaissance de privations, de mauvais traitements ou d’atteintes sexuelles infligés à une personne âgée.

La maltraitance envers les personnes âgées

Maltraitance des personnes âgées

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, 3 % des personnes âgées en Europe souffrent de mauvais traitements. © Pixabay.com

 

Les auteurs de maltraitance n’ont pas toujours conscience de ce qui est à l’œuvre et les situations sont souvent d’une grande complexité. L’état de vulnérabilité des personnes, à la fois âgées et isolées, rend toute violence à leur encontre encore plus abusive car elles ne sont, souvent, pas en capacité de se défendre.
 
En accompagnant plusieurs milliers de personnes âgées souffrant d’isolement, de précarité, de maladies graves, les Petits Frères des Pauvres rencontrent chaque année des situations de maltraitance. Divers cas de mauvais traitements ont pu être recensés : négligences, traitements dégradants, abus de confiance, pressions financières, démarchages commerciaux abusifs, violences verbales, voire actes de maltraitance physique sont quelques-uns des maux auxquels les personnes âgées, en particulier les plus fragiles et isolées, sont exposées.
 
Il n’est pas simple de déceler des signes de maltraitance chez les personnes âgées et isolées. La personne victime n'a pas toujours conscience de son état, elle peut être dans le déni ou minimise les faits par peur des représailles. 
Nous devons restons vigilants sur les signes qui nous alertent et nous font penser à de la maltraitance. Toutefois, il existe des signes qui, cumulés ou répétés, peuvent témoigner du fait qu’une personne âgée est victime de violence. Ces signes sont les suivants : 
  • L’attitude de la personne âgée est méfiante, semble craintive ;
  • Manque d’appétit, d’intérêt pour ses activités habituelles, de sommeil ;
  • La personne âgée ne prend plus soin d’elle ;
  • La personne a l’air plus calme que d’habitude, ne montre plus d’intérêt ;
  • La personne âgée a des blessures, des ecchymoses, et ne peut pas les expliquer ou ne veut pas en parler. 
 
Si vous constatez ces signes sur une personnes âgée de votre entourage, n’hésitez pas à signaler sa situation au 3977, numéro national dédié aux situations de maltraitances envers les personnes âgées et les adultes handicapés, afin que cette personne soit prise en charge le plus rapidement possible. 

Les différentes formes de maltraitance envers les personnes âgées

Il existe différentes formes de mauvais traitements :
 
  • Les atteintes physiques, ou il est fait usage de la force pour blesser physiquement une personne ; 
  • Les violences morales et psychologiques, souvent sous-estimées et qui peuvent tout autant détruire une personne ;
  • Les violences médicamenteuses, dans lesquelles les protocoles établis par un médecin ne sont pas respectés ; 
  • Mais également la privation de contact humain par une personne extérieure, les négligences, la privation de soins…
 
Les maltraitances envers les personnes âgées peuvent avoir lieu au domicile de cette personne, par ses proches mais également dans les centres de soin, les maisons de retraite/ ephad. 
 
Toutes les formes de violence sont graves et doivent être signalées. 

Le rôle de l’association des Petits Frères des Pauvres contre les maltraitances des personnes âgées 

Depuis 2007, l’Association a mis en place une cellule d’appui et de conseil afin de prévenir et traiter les situations de maltraitance. Nos équipes ont connaissance d’une soixantaine de nouveaux cas de maltraitances remontés chaque année. Ils concernent à 35 % des maltraitances financières et à 23 % des négligences. 81 % des appels concernent des femmes et 72 % des appels concernent le domicile.
Du plombier indélicat qui presse une personne âgée d’accepter un devis exorbitant au proche voisin qui demande à une personne âgée désorientée de lui prêter de l’argent, les Petits Frères des Pauvres ont construit depuis plus de 10 ans un savoir-faire spécifique dans l’accompagnement des situations difficiles avec la création de la cellule appui-conseil, une ressource interne et de proximité pour soutenir les acteurs des Petits Frères des Pauvres et traiter les situations de maltraitance.
 
Cette cellule a été mise en place pour venir en aide aux personnes âgées victimes de violences et de négligences. L’action de cette cellule d’appui et de conseil fait intégralement partie de l’accompagnement, avec le souci permanent de prendre le temps nécessaire pour écouter, rassurer, conseiller et aider les personnes. Comme le précise Sylvie Lattanzi, chef de projet Lutte contre la maltraitance et Représentation des usagers, 
 
La maltraitance a plusieurs visages et elle n’a pas de territoire. Notre mission est de lutter contre toutes les formes de maltraitance, des traitements dégradants aux pressions verbales, sans oublier les incivilités quotidiennes et les indélicatesses invisibles auxquelles sont confrontées de nombreuses personnes âgées. 
 
La cellule d'appui et de conseil de lutte contre les maltraitances est un dispositif dédié aux personnes accompagnées par l'Association. Pour contacter notre équipe : appui.maltraitance@petitsfreresdespauvres
 
Un constat partagé par le Défenseur des droits qui indique que 20 % des saisines du Pôle Santé concernent des cas de maltraitance ou de négligence envers des personnes âgées.
 
Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, 3 % des personnes âgées en Europe souffrent de mauvais traitements, et cela peut affecter jusqu'à 25 % des personnes âgées ayant des besoins élevés de soins. 
 

A LIRE AUSSI :